L’amélioration de l’insertion professionnelle ne profite pas à tous les jeunes diplômé.e.s - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Cadres. Changer de site ?

Baromètre 2019 de l'insertion professionnelle des jeunes diplômés

| publié le 11/04/2019

L’amélioration de l’insertion professionnelle ne profite pas à tous les jeunes diplômé.e.s

Baromètre 2019 de l'insertion professionnelle des jeunes diplômés

Les jeunes qui ont obtenu leur diplôme en 2017 connaissent une insertion professionnelle plus rapide et dans de meilleures conditions que ceux de 2016. Cependant, pour ceux qui sont encore en recherche d’emploi, les difficultés s’accentuent.

Une nette accélération de l’insertion professionnelle…

Un an après la fin de leur cursus, 85 % des diplômés* de la promotion 2017 étaient en poste (+ 2 points par rapport à la promotion précédente).Mais surtout, l’accès à l’emploi a été plus rapide : 6 mois après l’obtention de leur diplôme, 76 % étaient en emploi, soit 6 points de plus. Cette amélioration sensible est générale, quel que soit leur sexe, leur discipline de formation ou encore leur lieu d’habitation (Île-de-France / province). De plus, cet accès précoce se révèle déterminant pour la suite de leur parcours professionnel, puisque 94 % de ces jeunes étaient encore en emploi 12 mois après l’obtention de leur diplôme, que ce soit dans le même poste ou dans un autre.

 

… Avec des conditions d’emploi qui s’améliorent.

L’accès à l’emploi pérenne progresse : 68 % des jeunes en poste bénéficient d’un CDI, contre 62 % dans la promotion 2016. Le recours au CDD recule, même s’il concerne toujours plus d’un quart des jeunes diplômés. Le statut de cadre est également plus fréquent, passant de 59 % à 62 % entre les promotions 2016 et 2017. Ces constats doivent néanmoins être relativisés : moins de la moitié bénéficient à la fois d’un CDI et du statut de cadre.

 

Une recherche d’emploi plus difficile pour ceux qui n’ont pas trouvé rapidement

A l’inverse, la situation des jeunes en recherche d’emploi 12 mois après la fin de leurs études apparaît moins favorable que pour les promotions précédentes. Le nombre d’entretiens obtenus ainsi que le nombre d’entreprises où des entretiens ont été passés sont tous deux en baisse : parmi les 78 % de jeunes qui en ont passé (-4 points), le nombre moyen est de 7 entretiens dans 6 entreprises différentes. L’idée de faire des concessions pour obtenir un emploi s’est accrue. L’acceptation d’un contrat temporaire reste la principale (86 %), mais le fait de déménager (72%, +6 points) et une rémunération moindre qu’attendue (82 %, +3 points) sont plus souvent envisagés que dans la précédente promotion.

 

*bac+5

 

Source : Apec, Baromètre 2019 de l’insertion professionnelle des jeunes diplômés, avril 2019

 

Visualisez et comparez les résultats par diplôme et situation professionnelle des jeunes diplômés grâce à notre module interactif