Quelles sont les motivations qui poussent les entreprises à recourir à un prestataire lors de leurs recrutements de cadre ? - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Cadres. Changer de site ?

Le recours aux intermédiaires du recrutement

lu 2624 fois | publié le 25/06/2014

Quelles sont les motivations qui poussent les entreprises à recourir à un prestataire lors de leurs recrutements de cadre ?

Quelles sont les motivations qui poussent les entreprises à recourir à un prestataire lors de leurs recrutements de cadre ?

31 % des entreprises font appel à un intermédiaire pour recruter un cadre ; quels sont les déterminants de ce recours ? Une étude de l’Apec apporte un éclairage sur cette question.

Un recours volontaire ou un peu forcé. 31% des entreprises ont eu recours à un prestataire externe (1) lors de leur dernier recrutement de cadre (2). Lorsqu’on s’intéresse aux raisons qui ont amené les entreprises à faire appel à un intermédiaire, trois situations-types se dessinent : le cas où l’entreprise s’adresse d’emblée à un intermédiaire, celui où elle mobilise un intermédiaire faute d’avoir su ou pu recruter elle-même, enfin celui, plus rare, où l’entreprise ne fait intervenir un prestataire qu’en fin de processus de recrutement.

Quand le recours s’impose d’emblée. Les motivations des entreprises pour externaliser d’emblée un recrutement sont très diverses. Ce peut être pour sécuriser le recrutement d’un profil stratégique ou pour chasser directement un candidat. Les entreprises peuvent y voir le moyen de résoudre un problème d’image. L’aide d’un prestataire s‘imposera aussi lorsqu’elles anticipent des difficultés de sourcing, si les volumes de recrutement sont trop importants ou que le temps manque.

Le recours en mode « pompier ». D’autres entreprises ne se résolvent à recourir à un intermédiaire qu’après avoir essayé de recruter par leurs propres moyens. Des difficultés de sourcing - que ce soit pléthore, pénurie de candidatures ou inadéquation des candidats – les pousseront à sous-traiter, souvent dans l’urgence. L’intermédiaire pourra aussi intervenir pour sortir l’entreprise de l’impasse, en l’aidant à formaliser son besoin, en recourant à d’autres moyens de sourcing, comme la chasse de tête, ou en offrant des éléments de réassurance sur le candidat (tests, mises en situation…).

Une intervention ponctuelle. Cas plus marginal, dans un souci de réassurance, l’entreprise peut faire intervenir un prestataire lors de la dernière phase du recrutement, pour choisir le candidat. Il s’agit souvent d’un intermédiaire avec lequel elle a déjà travaillé et avec lequel s’est instaurée une relation de confiance. Mais, parfois, cette pratique se maintient plus par habitude que par nécessité.

L’étude apporte aussi un éclairage sur l’enjeu de la relation avec un intermédiaire et dresse un panorama du marché des intermédiaires du recrutement et de la façon dont il fonctionne.

(1) cabinet de recrutement, agence d’emploi (d’intérim), vérificateur de diplôme, spécialiste des tests et évaluation.

(2) étude Sourcing cadres juin 2014

Source : Apec, Le recours aux intermédiaires du recrutement, juin 2014