Responsable qualité/risques (sanitaire et social) - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Cadres. Changer de site ?

Services techniques

lu 20352 fois | publié le 28/09/2017

Responsable qualité/risques (sanitaire et social)

Le responsable qualité a pour mission, au sein des établissements ou services sanitaires, de conduire son établissement vers l’accréditation et de pérenniser cette démarche. Dans les associations gestionnaires d’établissements sociaux ou médico-sociaux, il doit veiller à la création et à la mise en application d’une démarche qualité dans chaque structure.

Autres intitulés

  • Qualiticien
  • Expert en développement qualité
  • Gestionnaire des risques hospitaliers
  • Chef de projet qualité-accréditation
  • Responsable qualité-sécurité
  • Ingénieur qualité-gestion des risques

 

Activités principales

Mise en place, pilotage, coordination et évaluation du programme qualité

  • Contribuer à la conception de la politique et du programme qualité en liaison avec la direction et les instances représentatives.
  • Rédiger un projet qualité et gestion des risques cohérent avec le projet d’établissement.
  • Construire et piloter une démarche d’analyse de l’existant.
  • Sélectionner des axes d’actions prioritaires nécessaires pour atteindre les objectifs fixés.
  • Assurer le montage et le suivi administratif des demandes d’accréditation ou de certification.
  • Élaborer les dossiers pour les certificateurs, organiser et suivre les visites des services audités.
  • Rédiger des procédures, mettre en place des normes, assurer le suivi des documents uniques.
  • Construire des indicateurs et élaborer des tableaux de bord de suivi de la qualité.
  • Assurer le suivi des événements indésirables.
  • Élaborer, mettre à jour, veiller à la mise en application des procédures d’admission, d’accueil et d’accompagnement des personnes accueillies.
  • Organiser la mesure de la satisfaction des personnes accueillies, analyser les questionnaires et mettre en place des actions correctives.
  • Coordonner les actions d’évaluation des pratiques et les audits internes.
  • Suivre les projets d’amélioration.

 

Développement d’une culture qualité/risques au sein de l’établissement

  • En liaison avec la direction et les instances représentatives, structurer le discours sur la qualité.
  • Déterminer des objectifs qualité précis et les faire valider par la direction.
  • Établir un plan de communication sur la politique et le programme qualité de l’établissement ou du service.
  • Rédiger des documents (documents d’information, procédures, etc.) et des articles à diffusion interne et externe, à l’intention des partenaires et des personnes accueillies.

 

Accompagnement et formation des équipes

  • Analyser les demandes qualité et/ou risques émanant des différents services.
  • Formuler des propositions d’intervention et en contractualiser les modalités.
  • Créer et animer des réunions ou groupes de travail, notamment pour préparer les équipes aux échéances réglementaires dans les domaines de la qualité et de la gestion des risques.
  • Élaborer des cahiers des charges et des contenus de formation.
  • Organiser et/ou animer des formations, notamment des référents qualité.
  • Sélectionner, proposer des outils et une assistance méthodologique aux équipes.

 

Veille juridique et réglementaire sur les champs relatifs à la qualité/aux risques

  • Assurer la veille réglementaire : suivre l’évolution des textes publiés au Journal officiel.
  • Assurer la gestion documentaire : identifier les sources d’information complémentaires pertinentes, classer et mettre en place ou harmoniser l’outil de gestion documentaire.
  • Sélectionner l’information à communiquer en interne.
  • Diffuser l’information aux équipes concernées.

 

Variabilité des activités

Les activités du responsable qualité/risques peuvent varier selon le contexte ou l’organisation des structures.

Dans certains établissements, le responsable qualité peut être à la tête d’une petite équipe qui a également la responsabilité de la gestion des risques : il s’intéresse alors à la gestion des risques par le biais de la gestion des événements indésirables (c’est-à-dire imprévus, par exemple une erreur médicamenteuse, des actes violents entre patients ou à l’encontre du personnel, etc.).

Les postes de responsable ou gestionnaire des risques sont en général créés dans des établissements sanitaires d’une taille importante ou moyenne, mais aussi et surtout en fonction du choix de la direction de mettre l’accent sur la prise en compte du risque dans son organisation. Dans les structures importantes, le gestionnaire peut être secondé par des spécialistes, par exemple un « coordonnateur des risques chimiques », qui exercent cette activité à temps partiel, en parallèle de leur fonction (pharmacien, ingénieur biotechnologies, etc.). Les activités des gestionnaires des risques comprennent alors l’évaluation des risques de l’établissement, la sensibilisation et la formation des personnels à la gestion des risques et à la nécessité du signalement, la coordination des vigilances et de la sécurité sanitaire, la veille réglementaire et technologique, le conseil et l’expertise auprès de la direction de l’établissement.

Dans le secteur médico-social, le responsable qualité peut animer un réseau de correspondants dans les différentes structures adhérentes.

 

Rémunération

Jeune cadre : entre 24 et 28 k€

Cadre confirmé : entre 28 et 60 k€

(Fourchettes de rémunération selon profil, niveau d’expérience, responsabilité hiérarchique, taille et statut de l’entreprise, convention collective de la branche…)

 

Compétences requises

Compétences techniques

  • Maîtrise des outils et des méthodes de management de la qualité : normes qualité, référentiels qualité, méthodes d’audit
  • Bases juridiques et réglementaires très solides dans le domaine de la qualité
  • Outils et méthodes de gestion de projet transverse
  • Connaissance des techniques d’enquête et de recherche documentaire
  • Outils informatiques (tableaux de bords, GED)
  • Connaissance du secteur sanitaire et/ou social

 

Aptitudes professionnelles

  • Sens du dialogue et de la communication, qualités d’écoute et excellent relationnel afin de faire adhérer à la politique qualité
  • Pédagogie et souplesse pour convaincre et former les équipes
  • Savoir s’adapter à différents interlocuteurs, afin de pouvoir intervenir auprès de publics variés internes et externes
  • Capacité d’analyse pour repérer les dysfonctionnements
  • Rigueur méthodologique et organisationnelle
  • Capacité à définir des priorités d’action
  • Capacité à anticiper et à analyser les évolutions sectorielles et réglementaires en matière de qualité

 

Le profil

Diplômes requis

  • CAFDES
  • Formation de cadre de santé
  • Formation de niveau Bac +5 (master) en qualité : qualité sécurité environnement, management des organisations sanitaires et sociales, management de la qualité…
  • Diplôme d’école d’ingénieurs
  • Doctorat en pharmacie

 

Durée d’expérience

En règle générale, les employeurs demandent une expérience de cinq ans minimum dans le secteur sanitaire ou social, une bonne connaissance des politiques et des démarches qualité mises en œuvre dans ces secteurs et une expérience de la certification par la Haute autorité de santé (HAS). Une expérience comme expert visiteur de la HAS peut être particulièrement appréciée. Ces postes sont parfois accessibles aux jeunes cadres titulaires d’un master en management de la qualité et ayant une spécialisation sectorielle (relative au secteur sanitaire, au secteur de l’aide ou de l’hospitalisation à domicile, de l’hébergement pour personnes âgées dépendantes, etc.).

 

Postes précédents (P-1)

 

Qui recrute ?

  • Établissement sanitaire : hôpital, clinique, centre de rééducation…
  • Établissement/service social ou médico-social : IME, FAM, MAS, CMPP, EHPAD, SPASAD…
  • Association regroupant plusieurs établissements/services sanitaires, sociaux ou médico-sociaux

 

Rattachement hiérarchique

  • Directeur général de l’association gestionnaire, notamment dans les associations regroupant plusieurs établissements
  • Directeur des établissements sanitaires ou médico-sociaux

 

Environnement de travail et interlocuteurs

Internes :

  • Équipe de direction générale
  • Responsables et chefs de services
  • Équipes médicales dans les établissements de santé

 

Externes :

  • Organismes d’accréditation et/ou de certification (Haute autorité de santé (HAS), Agence nationale d’accréditation et d’évaluation en santé (ANAES))
  • Association française de normalisation (AFNOR), Association française de normalisation pour l’assurance qualité (AFAQ)

 

Evolution professionnelle (P+1)

  • Responsable qualité d’un groupe
  • Directeur d’établissement sanitaire, social ou médico-social

 

Contexte et facteurs d’évolution du métier

Les métiers de la qualité sont des métiers relativement récents dans ce secteur, liés aux évolutions de la législation (loi du 2 janvier 2002 notamment). La qualité a toujours été au cœur des préoccupations des personnels opérationnels, mais les exigences des autorités d’accréditations se sont renforcées depuis une quinzaine d’années : alors que celles-ci se centraient sur la mise en place de procédures dans l’ensemble des services (y compris la logistique) au début des années 2000, elles exigent désormais l’instauration de dispositifs de suivi des remarques des personnes accueillies. Désormais, la gestion de la qualité et des risques peut imposer d’avoir une équipe dédiée, nécessitant une spécialisation sur l’aspect risques et sur celui qualité. Du fait de l’importance des procédures d’accréditation et de certification, les responsables qualité sont de plus en plus souvent membres du comité de direction.