« Améliorer les procédés de fabrication et mesurer les risques liés à l'activité d'un atelier de production » - Apec.fr - Cadres

Vous êtes actuellement sur le site Cadres. Changer de site ?

Services techniques

lu 267 fois | publié le 28/07/2009

Témoignage · « Améliorer les procédés de fabrication et mesurer les risques liés à l'activité d'un atelier de production »

Sandrine Dolley, Ingénieur procédés chimiques, Arkema

Diplômée de l’École nationale supérieure des industries chimiques (Ensic) de Nancy en 1998, Sandrine Dolley complète sa formation par un Master en technologie environnementale. À l’issue d’un stage de fin d’études, elle démarre sa carrière comme ingénieur études de dangers chez Arkema, un acteur majeur de la chimie dans le monde. Elle est chargée d’analyser les risques liés à l’activité d’un site chimique.

Depuis 2002, Sandrine Dolley travaille sur le site de production de Jarrie (en Isère) comme ingénieur procédés sur des installations dédiées à la chimie du chlore. Ce site emploie 530 personnes et son activité repose sur l’élaboration du chlore, de la soude, des dérivés chlorés ainsi que du chlorate/perchlorate et de l’eau oxygénée ; ce qui explique que ce site soit classé dans la catégorie Seveso (directive européenne liée à la maîtrise du risque chimique).

Sous l’autorité du chef de service procédés, Sandrine Dolley a un rôle d’élaboration d’études techniques. « Au sein du service procédés, je m’occupe de l’évolution à moyen et long terme d’un certain nombre d’ateliers de production. Je dois optimiser le fonctionnement des ateliers de production. Mon métier fait appel à des compétences techniques dans le domaine du calcul en génie chimique et à l’utilisation de logiciels informatiques pour réaliser des modélisations ou des simulations qui permettent d’imaginer ce qui se passe à l’intérieur des réacteurs et des autres équipements. »

Sandrine Dolley est chargée d’améliorer les procédés de fabrication et de diminuer les coûts de production. « Ma mission consiste à analyser les procédés de fabrication pour diminuer la consommation de matières premières et d’énergie, optimiser les réactions chimiques, ou simplifier les procédés de fabrication. Ainsi, j’étudie les pertes lors des différentes étapes de fabrication des produits, les possibilités de synergies au niveau de l’utilisation des équipements et, si nécessaire, l’installation d’un nouveau matériel. Lors du développement d’un nouveau produit, j’interviens en amont afin de réaliser des études de faisabilité technique pour adapter un atelier de production aux nouvelles opportunités commerciales. » Sandrine Dolley assure ainsi l’interface entre les services dédiés à la fabrication, les services commerciaux et le bureau d’études chargé de la réalisation des travaux.

Ses missions englobent également l’analyse des risques liés aux procédés. « Nous identifions les risques possibles tels qu’un incendie ou une émission de gaz toxique afin de mettre en place les mesures préventives adéquates pour réduire la probabilité et les conséquences de tels événements. »

« Mon action porte également sur l’activité quotidienne de l’usine et ses impacts sur l’environnement. Dans ce cadre, je suis chargée d’étudier les technologies ou les solutions destinées à diminuer, par exemple, le taux d’émissions polluantes dans l’environnement. »

Ces études l’amènent à collaborer notamment avec les experts sécurité, les services Hygiène, sécurité, environnement (HSE) et les services de calculs scientifiques.

Pour Sandrine Dolley, le succès de ces études est en grande partie conditionné par le dialogue avec les équipes opérationnelles. « La recherche d’informations passe par des échanges avec les agents de maîtrise et les opérateurs de production sur les installations ou dans les salles de contrôle. Le poste d’ingénieur procédés est souvent un premier poste qui permet d’avoir un œil extérieur sur la production. »

A consulter

Mots-clés : métierprocessméthodeschimieprocédés