Chef de service éducatif - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Cadres. Changer de site ?

Santé, social, culture

commentaire (0) | lu 47687 fois | publié le 08/12/2016

Chef de service éducatif

Le chef de service éducatif est un relais entre la direction et les équipes socio-éducatives, il joue un rôle d’interface. Il a pour mission principale l’encadrement des équipes et la coordination des actions socio-éducatives directement engagées auprès des personnes accueillies et de leurs proches auprès de qui il intervient très régulièrement.

Autres intitulés

  • Cadre socio-éducatif
  • Cadre de l’intervention sociale
  • Chef éducateur
  • Chef de service
  • Directeur des services éducatifs
  • Responsable éducatif

 

Activités principales

Pilotage de l’action de l’unité ou du service

  • Concevoir et mettre en œuvre le projet de service ou de l’unité, en concertation avec l’équipe et la direction, en tenant compte du projet de la structure et de l’évaluation des besoins des personnes accueillies.
  • Mettre en œuvre et promouvoir une démarche qualité garantissant la mise en œuvre et le respect des projets individuels des personnes accueillies.
  • Être le garant, aux côtés du directeur d’établissement, du respect des droits et libertés des personnes accueillies.
  • Évaluer et mesurer les actions menées par le service ou par l’unité.

 

Encadrement d’équipe et gestion des ressources humaines

  • Encadrer et animer une équipe éducative pluridisciplinaire.
  • Organiser le travail de l’équipe, programmer les activités du service, coordonner les interventions thérapeutiques, éducatives et pédagogiques, établir et suivre les plannings.
  • Apporter un appui technique aux professionnels.
  • Développer les compétences individuelles et collectives de l’équipe et identifier les besoins en matière de formation.
  • Participer à la réalisation des fiches de poste et au recrutement des équipes.
  • Organiser l’accueil des stagiaires.
  • Prévenir et gérer les conflits entre les différents professionnels.
  • Animer et conduire les réunions d’équipe.
  • Fixer les objectifs annuels et évaluer les résultats.

 

Gestion administrative et budgétaire

  • Gérer, répartir et planifier les moyens matériels et budgétaires de l’unité.
  • Organiser les parcours d’admission et de sortie des résidents.
  • Effectuer le suivi de la gestion administrative des dossiers des personnes accueillies.
  • Valider ou superviser les écrits professionnels (synthèses de suivi).
  • Veiller au respect des règles d’hygiène et de sécurité.
  • Contrôler la qualité des activités réalisées.
  • Élaborer le rapport d’activité de l’unité.

 

Communication interne et animation

  • Recueillir, analyser et transmettre les informations et les propositions de l’équipe ou des personnes accueillies.
  • Diffuser les informations concernant les évolutions législatives, juridiques et réglementaires.
  • Transmettre les informations et les décisions de la direction aux équipes de terrain.
  • Rendre compte à l’équipe de direction de l’activité de l’unité et des collaborations avec les partenaires.
  • Diffuser les bonnes pratiques et promouvoir l’analyse de sa pratique professionnelle.

 

Participation au projet de la structure

  • Contribuer à l’analyse de l’environnement de l’unité ou du service avec l’équipe de direction.
  • Analyser et transmettre aux équipes de direction, socioéducatives, médico-psychologiques et médico-sociales les besoins des personnes accueillies.
  • Proposer des projets pour l’action de l’unité ou du service.
  • Participer et faire participer l’équipe à l’évaluation du projet.
  • Participer aux réunions de l’équipe de direction.

 

Partenariat et projets transversaux

  • Identifier les partenaires locaux potentiels.
  • Développer les réseaux et les partenariats d’action.
  • Se faire connaître et susciter les collaborations entre les différents partenaires.
  • Représenter le service ou l’unité auprès des instances extérieures.
  • Organiser les relais en amont et en aval de la prise en charge des personnes accueillies.
  • Participer à des groupes de travail et commissions au niveau territoire et au siège de l’association gestionnaire.

 

Relations et communication de proximité

  • Informer les parents ou les représentants légaux des modalités de l’accueil des personnes accueillies (jeunes, personnes en situation de handicap…) et des évolutions du projet personnalisé.
  • Veiller à ce que les familles soient accueillies dans de bonnes conditions et régler les dysfonctionnements.
  • Comprendre les demandes des familles et leur proposer les solutions les mieux adaptées.
  • Assurer la coordination et le suivi de la prise en charge des personnes accueillies.

 

Activités éventuelles

En fonction de l’organisation de la structure et du territoire, le chef de service éducatif peut participer à des missions d’évaluations internes ou externes en tant qu’expert-visiteur.

 

Variabilité des activités

La variabilité des activités de chef de service éducatif tient à la diversité des types d’établissement dans lesquels il peut être amené à travailler. Il peut en effet aussi bien exercer dans un ESAT (établissement et service d’aide par le travail), que dans un IME (institut médico-éducatif), un établissement pour enfants ou adolescents en difficulté ou un établissement psychiatrique comme un CMP (centre médico-psychologique).

Ainsi, un chef de service éducatif peut être amené à travailler avec des publics aussi variés que des travailleurs handicapés, des enfants ou des adolescents présentant des difficultés sociales, des personnes (enfants, jeunes ou adultes) présentant des troubles d’ordre psychologique ou psychiatrique.

 

De plus, la diversité des établissements implique des partenariats de nature différente :

  • Dans un IME, il existe des partenariats privilégiés avec les institutions psychiatriques ou les services départementaux des conseils généraux (services dévolus à la solidarité, au handicap, à la famille ou à la protection de l’enfance, etc.).
  • Au sein des SAUO (Services d’accueil d’urgence et d’orientation), les liens sont renforcés avec la police. Dans ces établissements, le chef de service ne doit pas mettre en place un accompagnement des jeunes dans la durée, mais trouver une solution adaptée à leur situation dans l’urgence.

 

Notons enfin que dans toutes les institutions fermées (foyers, par exemple), les chefs de service éducatif sont soumis à des astreintes (notamment la nuit) et doivent ainsi faire preuve de flexibilité quant aux horaires de travail.

 

Rémunération

Cadre confirmé : entre 35 et 50 k€

(Fourchettes de rémunération selon profil, niveau d’expérience, responsabilité hiérarchique, taille et statut de l’établissement, convention collective de la branche…)

 

Compétences requises

Compétences techniques

  • Bonne connaissance de l’environnement socio-institutionnel
  • Maîtrise de la gestion de projet
  • Capacité à construire et à rédiger des analyses, à formuler des propositions, à développer des projets individualisés
  • Bonne connaissance des droits des « usagers » tels que définis par la loi du 2 janvier 2002, capacité à mettre en place des procédures pour les faire respecter
  • Méthodologie et outils d’analyse et de diagnostic des besoins des personnes accueillies
  • Bases solides en techniques de management
  • Bonne maîtrise des techniques d’animation de groupe et de conduite de réunions, de communication et de négociation
  • Capacité à aider les professionnels à prendre de la distance par rapport à leurs pratiques professionnelles
  • Capacité à élaborer un budget

 

Aptitudes professionnelles

  • Qualités relationnelles et de communication
  • Qualités d’écoute et disponibilité
  • Capacité à prendre des décisions et à trouver des solutions
  • Capacité à prendre du recul
  • Sens des responsabilités
  • Rigueur
  • Résistance au stress

 

Le profil

Diplômes requis

  • CAFERUIS (Certificat d’aptitude aux fonctions d’encadrement et de responsable d’unité d’intervention sociale)
  • Diplôme d’État d’éducateur spécialisé, diplôme d’État relatif aux fonctions d’animation ou autre diplôme du travail social de niveau 2
  • Diplôme supérieur du travail social

 

Durée d’expérience

La majorité des recruteurs exige au moins cinq ans d’expérience dans un établissement similaire. 

 

Postes précédents (P-1)

  • Éducateur spécialisé
  • Moniteur-éducateur

 

Qui recrute ?

  • Établissements ou services sociaux et médico-sociaux
  • Collectivités territoriales, notamment les départements
  • Établissements sanitaires

 

Rattachement hiérarchique

  • Directeur de l’établissement
  • Responsable de service dans les collectivités territoriales (Direction de la solidarité dans la plupart des conseils généraux…)
  • Direction des ressources humaines dans les établissements sanitaires

 

Environnement de travail et interlocuteurs

Internes :

  • Équipe de direction de l’établissement ou service
  • Direction générale de l’association gestionnaire ou de l’établissement sanitaire
  • Équipes socio-éducatives, médico-psychologiques et médico-sociales
  • Responsables fonctionnels (ressources humaines, administratif, finance, logistique, etc.)

 

Externes :

  • Acteurs institutionnels prescripteurs, financeurs ou partenaires en lien avec la spécificité du public accueilli dans l’établissement (MDPH, conseil général, ASE, ARS…)
  • Partenaires locaux (MJC, autres établissements d’accueil, centres de formation, établissements psychiatriques, CCAS…)

 

Evolution professionnelle (P+1)

La mobilité horizontale est possible entre les différents sous-secteurs (handicap, aide aux personnes âgées, etc.).

  • Directeur adjoint ou directeur d’un établissement ou d’un service social ou médico-social.

 

Contexte et facteurs d’évolution du métier

Le champ des établissements sociaux et médico-sociaux est très étendu, il regroupe différents types de structures qui répondent à des besoins d’accompagnement et de prise en charge de publics variés : enfants ou adultes handicapés, enfants ou adultes rencontrant des difficultés sociales, personnes âgées plus ou moins dépendantes.

Depuis plusieurs années, le secteur se structure tant au niveau budgétaire que réglementaire.

Ces changements normatifs et réglementaires conjugués à une rationalisation des moyens impactent fortement la fonction de chef de service éducatif.

En effet, les financements sont désormais assujettis au respect de normes, par exemple la mise en place et le suivi du projet individualisé, et ses missions se rapprochent parfois de celles d’un adjoint de direction.

Les activités administratives du chef de service éducatif qui se sont fortement développées ces dernières années l’écartent progressivement du terrain.

Il est donc contraint de faire évoluer l’organisation pour mettre en place une forme de délégation intermédiaire, généralement à un éducateur dit « coordinateur » qui aura des missions d’organisation et d’animation de premier niveau.

Face à ces évolutions, les missions de management et de développement des compétences des équipes prennent de l’envergure d’autant que les professionnels ont en général une forte culture du terrain. Il est nécessaire d’accompagner les équipes sur ces nouvelles activités et de développer leurs compétences alors que les professionnels ont en général une très forte culture du terrain, très relationnelle.

Parallèlement à ces contraintes réglementaires qui impliquent une normalisation des pratiques, la législation prévoit une individualisation de la prise en charge et du suivi de la personne accompagnée ou accueillie via le projet d’accueil personnalisé.