Responsable de la formation - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Cadres. Changer de site ?

Ressources humaines

lu 51746 fois | publié le 25/09/2017

Responsable de la formation

Le responsable formation définit, construit et pilote la politique de développement des compétences des salariés en lien avec les objectifs stratégiques de l’entreprise.

Autres intitulés

  • Directeur de la formation
  • Gestionnaire de formation
  • Responsable formation et carrières
  • Responsable formation et gestion des compétences
  • Responsable pédagogique
  • Conseiller en formation

 

Activités principales

Définition de la politique formation de l’entreprise

  • Identifier les axes de formation à développer en rapport avec les orientations stratégiques de l’entreprise (rédaction de la note d’orientation formation).
  • Élaborer un projet pédagogique cohérent en lien avec les objectifs globaux
  • Agir en conseil et support auprès des managers et des salariés sur l’ensemble des questions relatives à la formation.

 

Élaboration du plan de formation

  • Recueillir les besoins exprimés par les salariés, managers, représentants du personnel.
  • Soumettre le plan de formation aux partenaires sociaux pour un vote consultatif.
  • Suivre sa réalisation.

 

Lancement du plan et des projets de formation

  • Assurer la mise en œuvre du plan de formation (réalisation de reporting et études spécifiques).
  • Rédiger les cahiers des charges des projets de formation liés aux différents dispositifs existants : entretien professionnel, CIF, DIF, contrat et période de professionnalisation, congés de VAE et de bilan de compétences, entretien.
  • Lancer des appels d’offre pour répondre à des besoins opérationnels spécifiques :
    • Rencontrer, sélectionner les prestataires externes (organismes de formation, cabinets-conseils) en fonction des exigences pédagogiques du plan de formation.
    • Valider la faisabilité et la pertinence des propositions, en termes pédagogiques et budgétaires, négocier si besoin les prestations de formation.
    • Mettre en place un système d’évaluation des actions de formation menées :
    • Évaluer qualitativement le collaborateur formé (à chaud et/ou en différé), éventuellement par des tests.
    • Mesure de l’évolution des performances de l’entreprise à court et moyen terme
    • Identifier les axes de développement, élaborer les plans de progression pour optimiser l’impact des actions de formation.
    • Communiquer auprès de la direction et des salariés de l’entreprise sur les résultats obtenus.

 

Gestion administrative des formations

  • Suivre l’application du plan et des projets de formation dans le respect des accords et obligations légales.
  • Effectuer une veille réglementaire sur les obligations légales de l’entreprise.
  • Préparer les supports d’information et de consultation des IRP.
  • Animer la commission formation.
  • Assurer les relations avec les organismes paritaires collecteurs.
  • Élaborer les déclarations fiscales, gérer les contributions obligatoires et la taxe d’apprentissage, réaliser le bilan pédagogique et financier.
  • Communiquer au service paie les absences (départs en formation), notamment pour les stagiaires en DIF (règlement éventuel des allocations de formation).

 

Élaboration du budget

  • Définir avec la direction et suivre le budget formation annuel ou pluriannuel.
  • Optimiser les moyens de financement des différents dispositifs de formation.
  • Monter les dossiers de financement (FSE, Etat, région, OPCA, OCTA).

 

Management d’équipe et pilotage de l’activité du service

  • Manager l’équipe du service formation (chargés et gestionnaires de formation).
  • Trouver les formateurs internes et externes ayant la capacité d’assurer les différents modules de formation envisagés (expertise technique, qualités pédagogiques).
  • Superviser la bonne coordination des plannings (formateurs, convocations, informations des salariés, locaux...).

 

Activités éventuelles

Le responsable formation peut assurer le rôle de formateur en animant lui-même des sessions destinées aux formateurs. Il se transforme ainsi en formateur de formateurs.

Il peut jouer un rôle dans la relation à l’entreprise des personnes formées en alternance : contacts avec les écoles, programme de formation complémentaire, informations aux futurs stagiaires...

Il peut représenter l’entreprise dans les instances telles que les fédérations professionnelles, les groupements d’évolution des métiers (par branche par exemple), participer à la construction d’un diplôme qualifiant ou certifiant.

Pour garder un contact avec le quotidien des salariés, il peut, ponctuellement, aller sur le terrain en tant qu’observateur pour alimenter et affiner sa réflexion sur les besoins de l’entreprise en termes de compétences.

Il peut aussi participer régulièrement à des réunions opérationnelles pour connaître les problématiques des managers et mieux les accompagner dans le développement des compétences de leurs équipes.

 

Variabilité des activités

Le positionnement du responsable de formation peut varier selon la taille de l’entreprise et l’organisation de la DRH. Sa fonction peut être exercée par le DRH ou le RRH. Elle peut ne pas être rattachée à la DRH mais à une direction de l’organisation.

La direction de la formation peut être positionnée au même niveau que la DRH.

La communication interne est parfois rattachée à ce poste.

Dans les grandes entreprises, il porte souvent le titre de directeur de la formation. Son activité porte sur le pilotage stratégique de la formation en lien avec le comité de direction. Il manage des responsables de la formation spécialisés par centre de profit de l’entreprise, par type de population, par expertise technique, pays ou zone géographique.

Le périmètre de son poste peut s’ouvrir à d’autres missions : conduire des projets SIRH (déploiement d’un outil de gestion des talents, d’un module e-learning), mettre en place une gestion des carrières, animer des formations (nouveaux entrants), communiquer dans les supports internes, participer aux classifications.

Dans les entreprises plus petites, le responsable formation peut ne pas avoir d’équipe à encadrer. Son rôle est alors plus opérationnel : il sélectionne les prestataires, conçoit et suit les plannings, forme aux techniques pédagogiques les opérationnels, rédige le bilan social, élabore les tableaux de bord...

Dans les établissements d’enseignement : le responsable pédagogique assure le suivi pédagogique et professionnel des étudiants qu’il accompagne en conseil ou coach.

Dans une organisation professionnelle (OPCA, CCI), le responsable de formation conseille principalement les adhérents sur les dispositifs et les financements, développe des partenariats locaux (entreprises, prescripteurs, candidats).

 

Rémunération

Jeune cadre : entre 35 et 45 k€

Cadre confirmé : entre 45 et 70 k€

 

Compétences requises

Compétences techniques

  • Connaissance du secteur d’activité et de l’organisation interne de l’entreprise : le responsable formation doit être imprégné de la culture et des usages de l’entreprise, pour détecter et mettre en place des actions de formation pertinentes
  • Bonne culture juridique : sans être un expert en droit social, il doit pouvoir appréhender et suivre facilement le cadre légal qui entoure la formation
  • Forte culture ressources humaines : la formation s’inscrit dans une politique RH globale, le dialogue avec les autres entités RH est primordial
  • Maîtrise de l’outil bureautique, des SIRH, des outils pédagogiques numériques
  • Gestion de projets et gestion financière
  • Connaissances des outils d’amélioration continue : total production management (TPM), lean management...
  • Anglais pour travailler dans des entités multiculturelles

 

Aptitudes professionnelles

  • Sens de l’organisation, pour mener à bien les nombreux dossiers sur lesquels il travaille simultanément, coordonner l’organisation des sessions
  • Qualités de négociation, aussi bien dans le cadre des relations avec les partenaires sociaux que dans celui de la sélection d’un prestataire
  • Esprit d’initiative empreint d’une certaine créativité, pour lancer de nouvelles actions de formation qui répondront mieux aux besoins de l’entreprise
  • Pragmatisme, pour mesurer la pertinence d’une action de formation et réaliser le bon équilibre entre l’intérêt de l’entreprise et celui du salarié
  • Empathie et communication, pour animer ses équipes en charge de la formation, mais aussi pour convaincre du bien-fondé du plan de formation les responsables opérationnels, les membres du comité de direction et les partenaires sociaux
  • Ouverture d’esprit, capacité d’adaptation : s’intéresser à l’ensemble des métiers présents dans son entreprise, être à même de comprendre l’ensemble des micro-cultures qui la composent
  • Curiosité, démarche de prospective pour appréhender l’évolution des métiers et les compétences futures nécessaires à l’entreprise

 

Le profil

Diplômes requis

  • Formation Bac +4/5 en gestion ou administration générale
  • Formation Bac +5 (master) spécialisée en sociologie, psychologie, sciences sociales, droit, communication
  • Formation Bac +5 (master) spécialisée en gestion des ressources humaines, ingénierie de la formation...
  • École de commerce (avec spécialisation en ressources humaines)

 

Durée d’expérience

Les candidats auront deux à cinq ans d’expérience dans les fonctions ressources humaines, idéalement dans la formation, en entreprise ou cabinet.

La durée d’expérience requise peut varier en fonction de l’importance des effectifs concernés et du positionnement hiérarchique au sein de l’entreprise.

 

Postes précédents (P-1)

  • Chargé de formation
  • Chargé développement RH
  • Responsable/chargé recrutement
  • Responsable/chargé mobilité et gestion des carrières
  • Chef projet/responsable ingénierie de formation (côté prestataire)
  • Opérationnels (commerciaux, gestionnaires, informaticiens...)
  • Consultant formateur

 

Qui recrute ?

  • Toute entreprise ou groupe suffisamment dimensionné. En pratique, le plus souvent, des structures dont l’effectif dépasse les cinq cents salariés.
  • Cabinet conseil RH

 

Rattachement hiérarchique

 

Environnement de travail et interlocuteurs

  • Directeur d’activités opérationnelles (tous les managers opérationnels)
  • Direction financière et contrôle de gestion
  • Direction informatique pour les systèmes d’information (e-learning)
  • Responsable recrutement
  • Responsable mobilité et gestion des carrières
  • Contrôleur de gestion sociale
  • Service achats
  • Prestataires externes (organismes de formation, cabinets conseil)

 

Evolution professionnelle (P+1)

 

Contexte et facteurs d’évolution du métier

Avec la sécurisation des parcours professionnels prévue par les dispositions réglementaires, l’entreprise doit veiller à l’employabilité de ses salariés. Le responsable de formation est tenu de leur proposer des formations permettant de maîtriser leur métier et de favoriser une évolution interne ou externe.

Outre la gestion des formations relevant du plan, ses missions prennent plus d’ampleur avec l’élaboration de projet et parcours de formation individualisés.

Depuis la réforme des OPCA (2009), la gestion de la formation peut être externalisée en grande partie, vers elles ou vers des organismes conseils. Le périmètre de ses activités devient variable. A minima, il peut leur confier la négociation du budget ou l’associer à la définition des besoins individuels et collectifs.

 Il dispose d’une gamme variée d’outils pédagogiques numériques : e-learning, visio-formation, logiciels de mise en situation professionnelle (serious games), blended learning (associant Internet et présentiel), à distance (mobile learning via les smartphones et les tablettes tactiles). Son choix s’opère en fonction du public (génération Y, seniors), des thématiques et du budget.

Dans un contexte de crise économique, même si son budget est moins soumis aux restrictions budgétaires, il veille au retour sur investissement des projets engagés, notamment dans la recherche des financements. Il peut recourir à un acheteur, souvent spécialisé dans les prestations intellectuelles. Cette pratique tend à se développer.

Dans les grandes organisations, il peut être amené à animer, parfois en lien avec des universités ou des professionnels, des structures internes de veille et d’échanges (université, campus, académie, institut d’entreprise). Il contribue ainsi à renforcer la marque employeur et améliorer les pratiques professionnelles.