Ingénieur cloud et virtualisation - Apec.fr - Cadres

Vous êtes actuellement sur le site Cadres. Changer de site ?

Informatique

commentaire (0) | lu 3508 fois | publié le 21/09/2017

Ingénieur cloud et virtualisation

L’ingénieur cloud et virtualisation est en charge du déploiement, du stockage et de la gestion des données sur des serveurs situés dans des data centers hors de l’entreprise. Il intervient dans le cadre de la mise en service de plateformes informatiques et de traitements distants, à la demande et mutualisés.

Autres intitulés

  • Ingénieur solutions cloud
  • Ingénieur infrastructures cloud
  • Chef de projet cloud

 

Activités principales

Analyse des besoins et veille technologique

  • Recueillir l’information nécessaire et étudier les besoins en infrastructures.
  • Préconiser les solutions et des architectures cibles en réponse aux besoins des utilisateurs et les conseiller sur les choix finaux.
  • Rédiger le cahier des charges contenant les spécifications techniques des équipements.
  • Assurer une veille technologique pour garantir l’optimisation des ressources en termes d’infrastructures.

 

Intégration dans une architecture cloud

  • Mettre en place un pilote.
  • Assurer la migration vers des solutions virtualisées dans le cloud.
  • Configurer et dimensionner les plateformes en fonction des performances requises.
  • Industrialiser les architectures cibles et configurer les équipements.
  • Définition des accès aux ressources via des API.
  • Mettre en place le système de gestion des droits des différents utilisateurs.
  • Mettre en place des procédures et outils de surveillance permettant de garantir la haute disponibilité des infrastructures.
  • Veiller à la sécurité des accès et à la fiabilité des solutions déployées.
  • Participer aux phases de validation technique lors des mises en production ou des évolutions.
  • Gérer les relations avec les éditeurs de virtualisation (gestion des licences et du contrat de maintenance).

 

Administration et maintenance du système virtualisé

  • Maintenir en condition opérationnelle les infrastructures virtualisées en diagnostiquant les pannes et les dysfonctionnements liés aux problèmes d’infrastructures.
  • Réparer les pannes et les dysfonctionnements.
  • Ajouter, supprimer, sauvegarder les machines virtuelles.
  • Assurer une maintenance évolutive et corrective en fonction des grandes évolutions technologiques (notamment les changements de versions).
  • Optimiser les performances des systèmes d’exploitation (tuning).
  • Installer les patches de sécurité et administrer le firewall.
  • Assurer un support technique de second niveau.

 

Activités éventuelles

  • Assistance technique aux commerciaux pour la qualification et l’élaboration des propositions techniques et commerciales
  • Audit de l’organisation de l’entreprise souhaitant migrer en architecture cloud
  • Optimisation des consommations d’énergie dans les datacenters
  • Formation à la conduite du changement

 

Variabilité des activités

L'activité de l’ingénieur cloud et virtualisation peut varier selon…

 

Le type d’entreprise :

  • Chez l’utilisateur final, l’ingénieur cloud définit les besoins auprès du prestataire, suit la qualité du service rendu et accompagne les utilisateurs dans la conduite du changement.

L’ingénieur virtualisation quant à lui est un ingénieur systèmes travaillant au sein d’une équipe infrastructure et spécialiste de ce type d’activité.

 

  • En société de service ou chez un opérateur, l’ingénieur cloud, au sein d’une équipe infrastructure cloud, assure l’intégration dans les architectures cible : il configure les plateformes, industrialise les architectures, définit les accès aux ressources et optimise celles-ci.

 

La spécialisation :

Il est possible d’être ingénieur virtualisation sans être ingénieur cloud, car cette technologie est utilisée dans d’autres environnements que l’informatique en nuage. En revanche, la plupart des ingénieurs cloud ont des compétences dans les techniques de virtualisation des serveurs, à l’exception parfois de ceux dont l’activité se concentre sur l’expression des besoins et la conduite du changement.

 

Rémunération

Jeune cadre : entre 35 et 45 k€

Cadre confirmé : entre 45 et 70 k€ (et plus selon le profil demandé, la taille de l’entreprise et les missions confiées)

 

Compétences requises

Compétences techniques

  • Maîtrise voire expertise des logiciels de l’infrastructure technique notamment des systèmes d’exploitation Linux et Windows et des outils de virtualisation (de type VMWare)
  • Bonne connaissance des langages systèmes de type Python
  • Bonnes connaissance de l’administration réseaux et télécoms
  • Bonne maîtrise des technologies Internet : protocoles de sécurité, protocoles Internet…
  • Bonne connaissance de l’architecture et des fonctionnalités du SI de l’entreprise
  • Connaissance des principales solutions cloud du marché
  • Connaissance des bases de données et des outils de stockage
  • Connaissance des normes et procédures de sécurité et des outils associés
  • Bonne culture informatique : principaux langages et outils de développement
  • Bonne connaissance des clients internes de la DSI : les principaux métiers de l’entreprise
  • Maîtrise de l’anglais technique

 

Aptitudes professionnelles

  • Rigueur, organisation et méthode : afin de mettre en place les infrastructures en respectant des méthodes et des règles de qualité définies
  • Capacité d’analyse pour trouver la solution la plus rapide et la plus adaptée
  • Bonnes qualités relationnelles dans les rapports avec les utilisateurs internes et externes
  • Capacité d’anticipation et de prises d’initiative pour assurer une veille technologique efficace
  • Adaptabilité et curiosité technique car les évolutions technologiques sont rapides et doivent être assimilées afin de pouvoir optimiser l’existant
  • Polyvalence, car il doit comprendre les façons de travailler différents utilisateurs des infrastructures cloud

 

Le profil

Diplômes requis

  • Formation de niveau Bac +5 (Master 2) spécialisée en informatique, réseaux et télécommunications (par exemple masters et masters spécialisés de l’Isep, de l’Insset, de l’Istescia)
  • Écoles d’ingénieurs (informatique, télécoms, généralistes...), notamment Télécom Lille 1, Telecom Paris Tech, Telecom Bretagne, Telecom Paris Sud, Eurecom, Epita, Isep, Itescia...

 

Durée d’expérience

Ce poste s’adresse de préférence aux cadres ayant au moins deux à trois ans d’expérience comme ingénieur système. Néanmoins de jeunes diplômés avec un stage dans le domaine de la virtualisation des systèmes peuvent aussi être recrutés.

 

Postes précédents (P-1)

 

Qui recrute ?

  • Grandes entreprises et administrations
  • SCN (ex SSII) et sociétés de conseil
  • Hébergeurs et opérateurs télécoms

 

Rattachement hiérarchique

En entreprise :

 

En SCN ou société de conseil :

 

Environnement de travail et interlocuteurs

Internes :

 

Externes :

  • Hébergeurs
  • Éditeurs de solutions de virtualisation
  • Opérateur télécoms
  • Cabinets conseils

 

Evolution professionnelle (P+1)

  • Expert solutions de stockage ou virtualisation
  • Responsable de services cloud
  • Architecte infrastructures cloud
  • Consultant SI et organisation

 

Contexte et facteurs d’évolution du métier

La virtualisation des infrastructures s’est développée pour réduire les coûts des infrastructures tout en optimisant la rapidité de réponse aux besoins des utilisateurs. Elle permet d’utiliser pleinement les infrastructures existantes tout en répondant aux besoins de performance et de sécurité des utilisateurs. La connaissance des techniques de virtualisation est une compétence que de nombreux ingénieurs systèmes travaillant sur des architectures client-serveur ont développée.

Le cloud computing est un « mode de traitement des données d’un client, dont l’exploitation s’effectue par Internet, sous la forme de services fournis par un prestataire. L’informatique en nuage est une forme particulière de gérance informatique, dans laquelle l’emplacement et le fonctionnement du nuage ne sont pas portés à la connaissance des clients. »1.

Le cloud computing consiste à déporter sur des serveurs distants des données et des traitements informatiques traditionnellement localisées sur des serveurs locaux ; trois types de services sont proposés (IaaS : Infrastructure as a Service, PaaS : Platform as a Service, SaaS : Software as a Service), déployés selon quatre modèles (cloud privé interne, cloud privé externe ou cloud communautaire, cloud public, cloud hybride).

Le cloud computing peut être considéré comme un mode particulier d’externalisation de l’informatique comme l’infogérance. Les solutions de cloud computing sont souvent associées aux dernières technologies fondées sur des éléments standards et interopérables.

La fonction d’ingénieur cloud est récente et les ingénieurs qui travaillent dans ce domaine utilisent donc des technologies récentes pour certains d’entre elles. Les premières solutions de stockage cloud ont été proposées par les grands groupes américains. Des solutions de stockage dans des datacenters basés en France se sont développées de manière à ce que les entreprises françaises ne subissent pas les conséquences du Patriot Act américain. Ainsi, cette fonction s’est développée chez les opérateurs et entreprises françaises proposant de telles solutions.

 

1 : Vocabulaire de l’informatique et de l’internet, publié au JORF n° 129 du 6 juin 2010

Mots-clés : métierinformatiquevirtualisationcloud