« Le dataminer a pour vocation, entre autre, d’aider à orienter la stratégie marketing de l’entreprise. Il analyse les historiques de multiples bases de données et identifie des comportements passés pour les anticiper dans le futur et ainsi définir les nouvelles actions marketing. » - Apec.fr - Cadres

Vous êtes actuellement sur le site Cadres. Changer de site ?

Informatique

lu 146 fois | publié le 09/06/2015

Témoignage · « Le dataminer a pour vocation, entre autre, d’aider à orienter la stratégie marketing de l’entreprise. Il analyse les historiques de multiples bases de données et identifie des comportements passés pour les anticiper dans le futur et ainsi définir les nouvelles actions marketing. »

Frantz Zizzari, Dataminer, Sage France

Frantz Zizzari exerce le métier de dataminer. En 2010, il obtient un Bachelor en gestion d’affaires et de stratégie d’entreprise à la Skema Business School de Nice Sophia-Antipolis. En ayant travaillé en tant qu’analyste sur des bases de données pour différentes entreprises, il décide de renforcer son expérience dans le domaine des statistiques et de l’économétrie en suivant un Master de chargé d’études économiques et statistiques à l’IAE de Savoie Mont-Blanc. Pour être opérationnel rapidement, il choisit d’effectuer cette formation en alternance. Il réalise son apprentissage chez Yuseo, une agence de conseil en ergonomie spécialisée dans la connaissance digitale client. Pendant un an, il mène des études quantitatives, produit des modèles statistiques explicatifs et prédictifs ainsi que des benchmarks orientés dans l’analyse comportementale.

Deux mois après la fin de son contrat et avec son Master, il est recruté chez Sage France en tant que dataminer. Exerçant au sein de la DSI, avec cette spécialité, Frantz Zizzari considère que son métier est au service de la prise de décision de fonctions stratégiques telles que le marketing. « En tant que dataminer, on peut avoir une approche très marketing, des missions telles que l’analyse de comportements clients via notre CRM, l’analyse d’impact découlant de la satisfaction, la mesure des taux d’attrition1 et la définition de profils-types clients, etc. Mais notre activité ne se limite pas uniquement à des ciblages2 ou du scoring3. On a un réel rôle d’aide à la décision. Lorsqu’on mesure un taux d’attrition, l’objectif est aussi d’identifier les cibles susceptibles d’abandonner tel ou tel produit, d’en expliquer les raisons, et d’alerter pour que des mesures destinées à retenir ces clients soient mises en place. » Analyser pour anticiper, tel est, selon Frantz Zizzari, le rôle clé du dataminer« Le dataminer doit répondre à des problèmes de manière proactive. Ce que l’on fait fondamentalement, c’est qu’on analyse le présent et le passé, à travers des bases de données possédant, ou non, un historique, pour prédire le futur. »

Frantz Zizzari occupe aussi une autre partie de son temps à réaliser des extractions afin de récupérer puis préparer les données nécessaires pour ses analyses, ou encore de mettre en place des processus d’analyses automatiques pour les différents services, ce qui correspond, selon lui, à la spécificité française du métier. « Pour les anglais, un dataminer est quelqu’un qui maîtrise les données. Il sait les trouver, les manipuler, les “cruncher“, c’est-à-dire les faire parler, et ce toujours à des fins opérationnelles. En France, le profil du dataminer se situe également en amont de cela. Il doit, en plus, être technique. C’est-à-dire qu’en plus d’être statisticien, le dataminer doit maîtriser des langages informatiques tels que le Python, Java, le NoSQL ou maintenant le NewSQL... »

Selon Frantz Zizzari, ce nouveau métier ne peut que se révéler attractif pour des jeunes diplômés : « Il y a un fort besoin de dataminers, car les entreprises fonctionnent de plus en plus avec des bases de données à fortes volumétries. Celles-ci recèlent des informations insoupçonnées, ce qui permet d’ouvrir de nouvelles pistes d’analyse. Maintenant, il faut savoir qu’il s’agit encore d’un métier de niche, accessible surtout aux statisticiens. Il faut être curieux, avoir envie de donner du sens aux chiffres, mais pas seulement. Il faut aussi vouloir conseiller son entreprise et, par conséquent, être capable de connaître le secteur d’activité afin de comprendre les tenants et les aboutissants d’un vaste ensemble de problématiques ».

 

1 - En marketing, le taux d’attrition (ou « churn ») mesure le phénomène de perte de clientèle ou d’abonnés.

2 - Le ciblage désigne le fait de choisir selon des critères appropriés les individus vers lesquels construire une campagne marketing, cette sélection ayant pour finalité d’accroître l’efficacité de l’action effectuée.

3 - Le scoring est une technique permettant de déterminer la valeur des différents clients contenus dans un fichier.

A consulter

Mots-clés : métierdatascientistdataminingdataminer