Architecte infrastructures (informatique) - Apec.fr - Cadres

Vous êtes actuellement sur le site Cadres. Changer de site ?

Informatique

commentaire (0) | lu 6576 fois | publié le 21/09/2017

Architecte infrastructures (informatique)

L’architecte infrastructure garantit la cohérence technique et la pérennité du système d’information lors de ses évolutions tout en veillant à optimiser les ressources, les performances et les coûts.

Autres intitulés

  • Architecte technique
  • Architecte système, stockage et réseaux
  • Architecte infrastructure globale

 

Activités principales

Veille et conseil aux équipes de conception

  • Conseiller l’urbaniste S.I. sur l’utilisation des outils informatiques et télécoms.
  • Pour toute nouvelle technologie, participer aux études d’impact sur l’architecture existante ou prévisionnelle.
  • Préconiser des choix techniques afin de garantir la cohérence des évolutions.

 

Participation à la définition des infrastructures techniques

  • Dans le respect des règles d’urbanisme, définir et gérer les standards techniques.
  • Assurer la cohérence de l’ensemble des moyens informatiques et télécoms dans le cadre du schéma directeur.
  • Réaliser et maintenir la cartographie technique du S.I.
  • Définir et faire évoluer le schéma directeur technique.
  • Définir et gérer les standards techniques, définir les briques de base du middleware.
  • Garantir la cohérence de l’architecture technique avec l’architecture applicative du S.I.
  • Identifie les besoins de changements et les composants impliqués : matériels, logiciels, processus, plateforme, en garantissant l’interopérabilité, le dimensionnement, la disponibilité et la sécurité.
  • Évalue l’impact des solutions informatique en termes de responsabilités écologiques.

 

Conduite de projets d’infrastructures

  • Analyser les besoins en liaison avec les architectes S.I.
  • Analyser l’impact des solutions applicatives retenues en termes d’infrastructures.
  • Préconiser des solutions techniques permettant de s’engager sur une qualité et une continuité de service.
  • Participation au maquettage de la solution.
  • Définir les procédures d’intégration technique.
  • Assurer le respect des normes et processus définis dans le cadre du schéma directeur technique.
  • Elaborer des procédures de tests permettant d’évaluer la performance, la sécurité, la compatibilité et la fiabilité.

 

Suivi et amélioration des processus

  • Réalise l’audit des infrastructures informatiques de l’entreprise.
  • Mesure l’efficacité des processus informatiques en termes d’infrastructures.
  • Rédige des recommandations pour l’évolution des solutions informatiques.

 

Activités éventuelles

L’architecte infrastructure peut être amené à encadrer des équipes d’ingénieurs systèmes, d’ingénieurs réseaux/télécoms et d’administrateurs de bases de données lors de projets de migration.

L’architecte infrastructure peut être en charge des projets de mise en place du plan de reprise d’activité (PRA), avec la définition de la stratégie retenue, le choix des infrastructures, la mise en place des procédures techniques, la réalisation de l’infrastructure de sauvegarde et la mise en place des procédures fonctionnelles (mesures palliatives, communication, …)

 

Variabilité des activités

Le rôle de l’architecte infrastructure peut varier en fonction de son positionnement en entreprise ou en société de services :

  • En entreprise utilisatrice, il peut inscrire son action dans la durée et jouer un rôle de conseil auprès du Directeur des systèmes d’information. Il peut encadrer dans le cadre de très grandes entreprises des équipes d’architectes et d’experts techniques.
  • En société de services, il exerce non seulement un rôle d’expertise technique et d’audit, en proposant de nouvelles solutions à ses clients. Il participe aux phases d’avant-vente et répond aux appels d’offres. Il peut participer à la définition de l’offre de services de son entreprise et coordonner l’intervention d’autres experts de son entreprise sur le projet sur lequel il intervient.

 

Quelques architectes travaillent en indépendant, ce qui leur impose une activité commerciale et de gestion en plus de leurs missions.

 

Rémunération

Cadre confirmé : entre 50 et 70 k€

 

Compétences requises

Compétences techniques

  • Bonne connaissance du système d'information global et de l’architecture du SI et des applications
  • Excellente maîtrise des systèmes d’exploitation (notamment Windows, UNIX/LINUX), des réseaux et télécoms, des bases de données, stockage (NAS/SAN/DAS)
  • Connaissance des technologies et outils de virtualisation (VMware, XEN, RHEV…)
  • Compréhension de l’environnement (clients, secteur d’activité, données sensibles…) et du fonctionnement de l’entreprise
  • Maîtrise des risques liés à la sécurité des infrastructures et à dématérialisation
  • Connaissance des normes dans le domaine de l’archivage et du chiffrement
  • Connaissances des problématiques du green IT et du Big Data
  • La maîtrise de l’anglais technique est indispensable (documentation en anglais).

 

Aptitudes professionnelles

  • Adaptabilité et curiosité technique car les évolutions technologiques sont rapides et doivent être assimilées afin de pouvoir optimiser l’existant
  • Polyvalence, goût pour la technique et créativité pour identifier les solutions techniques appropriées
  • Rigueur et esprit critique de manière à faire la part des choses entre la technique et le discours marketing
  • Capacité à travailler avec des équipes d’experts
  • Une bonne ouverture relationnelle afin de travailler avec d’autres services de l’entreprise (achats, directions métiers notamment)

 

Le profil

Diplômes requis

  • Formation de niveau Bac +5 (Master 2) spécialisée en informatique et/ou télécoms, sécurité des systèmes informatiques et des réseaux…
  • Écoles d’ingénieurs (informatique, télécoms, généralistes..)

 

Le certificat de qualification professionnelle d’architecte technique (CQP AT) peut être demandé aux personnes travaillant au sein d’entreprises adhérant au SYNTEC.

 

Durée d’expérience

Ce poste est accessible aux cadres confirmés possédant au minimum 5 ans d’expérience.

 

Postes précédents (P-1)

 

Qui recrute ?

  • Grandes entreprises et établissements publics
  • Administrations (ministères des Finances, de l’Intérieur, de la Défense…) collectivités territoriales importantes
  • SSII et sociétés de conseil
  • Hébergeurs et opérateurs télécoms

 

Rattachement hiérarchique

En entreprise :

 

En SSII ou société de conseil :

 

Environnement de travail et interlocuteurs

 

Evolution professionnelle (P+1)

  • Responsable stockage
  • Responsable infrastructure

 

Contexte et facteurs d’évolution du métier

Le poste d’architecte infrastructure est apparu au début des années 2000, du fait de l’abandon des systèmes propriétaires et de la complexification des plates-formes et la nécessité d’intégrer des éléments exogènes comme les progiciels ou les plates-formes de convergence dans le système informatique. La nécessité de gagner en cohérence en rationalisant les infrastructures, notamment les serveurs et les infrastructures de stockage a été également dictée par des contraintes financières.

Le métier continue à se développer avec les évolutions techniques (virtualisation, cloud…). Les problématiques de performances, fiabilité, traçabilité et sécurité du système d’information ont renforcé le rôle de l’architecte infrastructures. La sécurité est devenue un élément important du fait des législations européennes et américaines et des normes concernant l’archivage des données et le chiffrement. Ainsi, le rôle de l’architecte infrastructure est de plus en plus fondamental du fait du développement du big data et du cloud storage : il doit pouvoir anticiper les besoins évolutifs des architectures en définissant des infrastructures robustes, extrêmement évolutives permettant de concilier les impératifs liés au stockage de données massives et non structurées, et l’optimisation de l’infrastructure informatique notamment en termes de sécurité et de capacité de traitement de ces données, et des exigences en termes de plan de reprise d’activité.