« Le dataminer / data scientist est au service d’applications métier, notamment au service du marketing : il valorise l’ensemble des données client pour en faire un levier de création de valeur pour l’entreprise. » - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Cadres. Changer de site ?

Temoignages

lu 0 fois | publié le 09/06/2015

Témoignage · « Le dataminer / data scientist est au service d’applications métier, notamment au service du marketing : il valorise l’ensemble des données client pour en faire un levier de création de valeur pour l’entreprise. »

François Le Corre, Directeur data science, Velvet Consulting

Après un diplôme d’ingénieur INSA en génie mathématique et un DEA en probabilités et statistiques obtenu en 1995, François Le Corre travaille pendant six mois dans un bureau d’études économiques comme chargé d’études prévisionnelles. Il intègre ensuite Bouygues Télécom en 1997 au poste de chargé d’études statistiques et travaille pendant un an sur les prévisions des délais de déploiement du réseau mobile. Il évolue ensuite au poste de responsable de la connaissance client au sein de la direction Marketing et mène de nombreux projets de datamining autour de la valorisation des données et l’analyse du comportement client. « En tant que dataminer, une des activités consistait à optimiser les outils du marketing relationnel : aider le marketing à cibler le bon client, avec la bonne offre par le meilleur canal de sollicitation, afin de satisfaire le client et maximiser les ventes. Pour ce faire, il s’agissait de comprendre la problématique business, explorer les données et modéliser les comportements consommateurs pour identifier les clients ayant la probabilité maximum d’accepter l’offre. C’est ce qu’on appelle l’optimisation du ciblage marketing. »

En 2009, François le Corre obtient à l’EDHEC un certificat en Business & Management. « Au début de ma carrière, jeune dataminer, j’ai développé durant quelques années l’aspect management de mon poste ; j’ai dirigé à terme, au poste de responsable Connaissance client, une équipe d’une vingtaine de statisticiens et dataminers. » Il poursuit sa carrière en 2011 dans une société spécialisé en marketing de fidélisation, au poste de directeur CRM et Etudes. En 2013, il rejoint le monde du conseil en intégrant le cabinet Velvet Consulting, spécialisé en Marketing Client, comme directeur Data Science et dirige un service d’une vingtaine de consultants dataminers / datascientists.

« Nous travaillons avec des sociétés du CAC 40, mais également des PME, sur des problématiques marketing, commerciales et de relation client omni-canal, afin de les accompagner dans le développement des leviers de création de valeur, plaçant le client au centre de la réflexion. » Dans son domaine, les données ne se présentent pas toujours sous un même format. « Certaines données tiennent dans un fichier Excel comme des informations sociodémographiques ; d’autres sont plus spécifiques comme les données de géolocalisation, des comportements d’usage du SMS, ou encore des posts sur des réseaux sociaux. Cela constitue une grande quantité d’informations hétérogènes. C’est tout l’objet de la fonction de dataminer / datascientist : gérer les données en très grand volume, sous des formats hétérogènes, tout en maîtrisant leur qualité, et en révéler des insights et de la valeur, parfois des pépites pour des applications business. Ce métier peut parfois s’apparenter à un métier d’explorateur, parfois même d’alchimiste, mais toujours fondé sur la rigueur méthodologique et sur des bases scientifiques et marketing solides. »

Pour François le Corre, un dataminer / datascientist doit maîtriser trois éléments clés : les mathématiques (statistiques, algorithmique, voire intelligence artificielle), l’informatique et le métier (marketing, commerce, ...). C’est grâce à ces 3 fondamentaux qu’il pourra aider à concevoir de nouvelles offres, optimiser la relation client, augmenter la satisfaction, l’engagement client et l’image de marque, développer le revenu par client, les fidéliser... : « Le dataminer/datascientist doit faire preuve de pédagogie, il doit être capable d’expliciter ce qu’il fait aux autres métiers et de transformer la complexité mathématique en outils au service du business de l’entreprise. Le dataminer/datascientist est tout sauf une machine ou un chercheur fou : il doit donc avoir une très forte sensibilité au marketing, un goût prononcé pour les chiffres et la data, un esprit d’ouverture, et un sens aigu du service. »

Mots-clés : métierdatascientistdataminingdataminer