Géomaticien (assurance) - Apec.fr - Cadres

Vous êtes actuellement sur le site Cadres. Changer de site ?

Informatique

commentaire (0) | lu 90 fois | publié le 17/10/2017

Géomaticien (assurance)

À la croisée des statistiques et de la géographie, le géomaticien exploite la dimension géographique des informations et données dont disposent les sociétés d’assurance. En créant diverses cartographies thématiques et analyses spatiales, grâce à un système d’information géographique (SIG), il peut ainsi identifier des zones à risques naturels, faciliter la prévention, améliorer le réseau de distribution commerciale, le traitement des sinistres…

Autres intitulés

  • Chargé de mission géomatique/SIG
  • Chef de projet géomatique/SIG
  • Chargé d’études géomatique/SIG
  • Gestionnaire de données géographiques/spatiales/SIG
  • Ingénieur géomatique/SIG

 

Activités principales

Acquisition et structuration des données géographiques

  • Participer au développement et à la mise à jour des bases de données géographiques disponibles au sein de l’entreprise (données spatiales, cartes, statistiques géolocalisées, images aériennes et satellites…).
  • Identifier et collecter les données géographiques nécessaires auprès de fournisseurs externes ou à partir de la documentation disponible (open data).
  • Traduire des informations géographiques non structurées (cartes, objets, reliefs…) en données statistiques analysables.
  • Valider la qualité et la cohérence des données géographiques exploitables.
  • Structurer et intégrer les données dans le SIG utilisé par l’entreprise.

 

Traitement informatique des données géographiques et production cartographique

  • Analyser les données spatiales en fonction des besoins de chaque projet (statistique descriptive, analyse de territoires, maillage territorial…) à l’aide du SIG.
  • Construire des outils de modélisation et de simulation (de risques naturels, d’aménagement urbain…).
  • Réaliser des livrables cartographiques (cartes, atlas, réseaux...) à partir des données du SIG.
  • Mettre à jour régulièrement le référentiel de données géographiques et les cartes (cartes de sinistres, cartes de risques…) internes à l’entreprise.
  • Évaluer les impacts de l’analyse spatiale en termes de business pour la société d’assurance (sur des usages géolocalisés, sur la tarification, sur la stratégie marketing, sur la prévention des risques, sur la gestion des événements naturels, sur la couverture commerciale…).

 

Diffusion de l’information géographique

  • Rédiger une synthèse écrite à destination du commanditaire de chaque étude géographique pour accompagner la prise de décision des équipes métiers concernées.
  • Diffuser les données géographiques ou cartographiques sur des réseaux d’information internes et externes à l’entreprise.
  • Participer au développement d’une cartographie en ligne (web mapping).

 

Formation, veille et animation de réseaux

  • Accompagner les utilisateurs dans l’interprétation des cartes et l’usage des outils de géomatique.
  • Assurer une veille technologique sur les outils de géomatique et leur usage dans le secteur assurantiel.
  • Participer aux réseaux de producteurs et utilisateurs de données spatiales dans l’assurance (autres compagnies d’assurance, partenaires institutionnels, acteurs locaux…).

 

Rémunération

Jeune diplômé : entre 30 et 35 k€

Jeune cadre : entre 35 et 40 k€

Cadre confirmé : entre 40 et 50 k€

(Fourchettes de rémunération selon profil, niveau d’expérience, responsabilité hiérarchique, taille et statut de l’entreprise…)

 

Compétences requises

Compétences techniques

  • Maîtrise des concepts théoriques et techniques de la géographie (enjeux des milieux, règles de représentation graphique, réalisation de tracés, construction d’une cartographie thématique, conception 2D/3D, topographie, analyse spatiale…)
  • Maîtrise de l’analyse statistique (croisement de données, modélisation, langage de programmation…)
  • Connaissance des principes de structuration des bases de données géographiques
  • Maîtrise de l’usage d’un SIG (système d’information géographique) : ArcGIS, GeoConcept, Intr@Geo, MapInfo, StarGIS, Apic, Elyx, GeoMedia, AutoCad Map, Mapanddata, Cartes & Données, QGis, Grass, Jump, Udig, Quantum GIS, GvSIG, NASA World Wind…
  • Maîtrise des techniques d’acquisition, intégration et diffusion de données géographiques
  • Connaissance des techniques de numérisation, de digitalisation, d’infographie
  • Connaissance du contexte juridique et réglementaire du domaine assurantiel
  • Maîtrise d’un anglais technique

 

Aptitudes professionnelles

  • Qualités relationnelles et écoute des besoins du commanditaire interne
  • Rigueur dans le recueil et le traitement des données
  • Curiosité intellectuelle
  • Force de proposition et créativité
  • Esprit d’analyse et de synthèse
  • Soin et sens esthétique dans le rendu des documents
  • Capacités d’organisation et de suivi du projet
  • Aptitude à travailler en mode projet

 

Le profil

Diplômes requis

  • Diplôme de niveau Bac +5
    • Master en géomatique, SIG
    • Master en géographie, aménagement, urbanisme, géomarketing, avec une spécialisation géomatique, SIG
    • Master en mathématiques, statistiques, informatique, avec une spécialisation géomatique, SIG
    • Diplôme d’ingénieur statisticien, avec une spécialisation géomatique, SIG
    • Diplôme d’ingénieur de l’École nationale des sciences géographiques (ENSG)

 

Durée d’expérience

Le domaine de la géomatique est ouvert aux jeunes diplômés aussi bien qu’aux cadres confirmés et la relative nouveauté du domaine favorise l’intégration de parcours diversifiés. Les stages en entreprise sont particulièrement valorisés.

 

Postes précédents (P-1)

  • Technicien géomaticien
  • Technicien géomatique
  • Technicien SIG
  • Chargé d’études statistiques

 

Qui recrute ?

  • Société anonyme d’assurance
  • Société d’assurance mutuelle
  • Société mutuelle d’assurance
  • Grand cabinet de courtage

 

Rattachement hiérarchique

  • Direction Data
  • Direction Systèmes d’information
  • Direction opérationnelle (sinistres)
  • Direction Marketing
  • Direction Actuariat

 

Environnement de travail et interlocuteurs

Internes :

  • Responsable géomatique/Responsable SIG
  • Direction Data
  • Direction métier à l’origine du besoin d’analyse géographique (actuariat, marketing, prévention, distribution…)
  • Direction Systèmes d’information
  • Direction Communication
  • Direction générale

 

Externes :

  • Partenaires institutionnels (État, instituts de recherche sur les risques naturels, IGN, DREAL…)

 

Evolution professionnelle (P+1)

  • Responsable géomatique
  • Responsable SIG

 

Contexte et facteurs d’évolution du métier

La « géomatique », contraction des termes « géographie » et « informatique », correspond à l’hybridation de deux métiers existants depuis longtemps : le statisticien et le géographe. La discipline s’est développée avec la diffusion de la data science dans tous les secteurs de l’économie. Le géomaticien apporte toutefois une coloration particulière à cette science des données : le regard géographique. Grâce à ses connaissances théoriques et des outils propres à la discipline (les systèmes d’information géographique/SIG), le géomaticien peut, tout comme le data scientist, explorer et comparer des données, mais en leur apportant une analyse spatiale représentée par des cartes, atlas, etc. L’information géographique est très hétérogène, et le géomaticien peut intervenir dans de nombreux secteurs qui ont besoin d’analyse spatiale : service public, urbanisme, agriculture, énergie, transports, distribution… et assurance.

Les assureurs disposent d’une multitude de données géographiques et/ou géolocalisées : bases de données spatiales, cartes, images satellites... La géomatique y est particulièrement utile et attendue. Le principal usage concerne à l’heure actuelle l’analyse et la prédiction des risques naturels au regard des portefeuilles existants. Grâce aux outils de SIG, les géomaticiens peuvent en effet localiser un sinistre, croiser les informations sur le risque d’inondation/de séisme et les services de prévention, établir une cartographie des aléas climatiques sur un territoire… et ainsi mieux comprendre et expliquer la répartition géographique d’un phénomène et les coûts subis par la société d’assurance, voire anticiper des mesures conservatoires d’urgence pour les futurs sinistrés. À l’origine concentrée sur la prévention des risques naturels, la géomatique tend aujourd’hui à se diversifier dans le secteur assurantiel. De nouvelles données géolocalisées apparaissent avec l’avènement du big data et des objets connectés. On assiste peu à peu à une explosion des usages géolocalisés, qui conduit le géomaticien à élargir ses domaines d’application au-delà des seuls risques climatiques. L’assurance automobile peut ainsi le solliciter pour exploiter les données localisées issues des GPS des voitures (itinéraire, vitesse, comportement au volant…) et améliorer ses contrats « pay as you drive ». L’assurance santé commence à prendre en compte les données spatiales présentes dans les montres connectées (déplacements, nombre de pas…). L’assurance habitation réfléchit à l’exploitation de photographies prises par les drones pour évaluer la sinistralité d’une maison/d’un immeuble. Les risques agricoles s’intéressent quant à eux aux photographies aériennes pour mieux catégoriser et surveiller les parcelles… Les données se développent, en même temps qu’elles deviennent de plus en plus accessibles (grâce aux avancées réglementaires sur l’open data notamment). Les enjeux sont de taille pour la géomatique et le géomaticien. Dans l’assurance, comme dans d’autres secteurs, la géomatique devient une réelle source de maîtrise des risques, de réduction des coûts et d’innovation.

Encore peu visible, le marché des géomaticiens est amené à se développer dans les prochaines années au sein de l’assurance. Certains géomaticiens se spécialisent peu à peu dans des secteurs porteurs tels la prévention des risques, le traitement de l’image ou la cartographie en ligne (web mapping).