« J’exerce un rôle de conseil juridique auprès de différents services opérationnels de l’entreprise sur de nombreuses problématiques juridiques que notre structure peut rencontrer. » - Apec.fr - Cadres

Vous êtes actuellement sur le site Cadres. Changer de site ?

Gestion, finance, administration

lu 0 fois | publié le 27/05/2015

Témoignage · « J’exerce un rôle de conseil juridique auprès de différents services opérationnels de l’entreprise sur de nombreuses problématiques juridiques que notre structure peut rencontrer. »

Yoan Afriat, Juriste, ACDLec (Groupe E. Leclerc)

Après une maîtrise en droit des affaires à l’Université de Paris I (Panthéon-Sorbonne), Yoan Afriat obtient un Master 2 en droit des médias et des télécommunications à l’Université d’Aix-Marseille III.

En 2009, il est recruté comme juriste unique par RueDuCommerce.com, groupe indépendant d'e-commerce, sur un poste qui se situe entre une activité de conseil juridique aux opérationnels de l’entreprise et une activité de précontentieux et contentieux. En 2012, il rejoint le service juridique de l’ACDLec (Association des Centres Distributeurs E. Leclerc), structure du mouvement E. Leclerc.

Au sein d’un service de neuf personnes, Yoan Afriat exerce des missions de support juridique sur les questions de concurrence, distribution, consommation pour plusieurs entités du mouvement E. Leclerc, en particulier le Galec (Groupement Achat E. Leclerc). Il est notamment chargé des questions juridiques liées aux négociations commerciales pour les marchés Brico-Jardin ainsi que le marché Auto, et intervient aussi sur les produits culturels dématérialisés. Enfin, il est également le juriste référent des questions juridiques liées au e-commerce de l’enseigne, notamment le Portail de l’enseigne, ainsi que le site Drive, produits multimédias, culturel, cave à vin et produits volumineux.

D’autres missions sur des sujets transverses lui sont confiées, telles que les questions Cnil et celles relatives au développement durable : traitement des déchets, contrats avec les banques alimentaires pour la collecte des invendus, questions liées à la sécurité sanitaire des denrées alimentaires…

« Mes principaux domaines d’intervention sont le droit de la concurrence, distribution, consommation, aussi bien en conseil qu’en rédaction d’actes. Une grande partie de mon activité consiste à conseiller juridiquement les équipes de négociateurs en relation avec les fournisseurs en vue d’arriver à un accord régissant leurs relations pour l’année à venir.

Mais je suis également en charge de conseiller les équipes chargées de la communication et relation clients via les sites Internet marchands et non marchands. Avec la relation client et les sites Internet vient aussi la problématique de la sécurité et de la protection des données personnelles, une de nos préoccupations majeures et qui demande une grande vigilance.

Je peux aussi être amené à rédiger des recommandations pour la direction générale en fonction des évolutions de la réglementation. »

Une grande partie de son activité concerne les contrats avec les fournisseurs, les contrats de partenariat, notamment promotionnels, les relations avec la Sacem pour la vente en ligne de musique, la gestion des droits d’auteur. « Je m’occupe de la rédaction et de la mise à jour des conditions de vente sur Internet, sur les différents sites de notre enseigne. »

« Le contentieux est une activité qui est en général gérée localement par les magasins avec leur conseil (avocats) ; néanmoins nous suivons les affaires qui peuvent avoir un retentissement national ou un intérêt stratégique pour le mouvement. »

« Le champ d’intervention du juriste dans mon entité est très large : il faut être capable d’intervenir dans de nombreux domaines et connaître des problématiques juridiques variées : droit coopératif (puisque le mouvement E. Leclerc est coopératif), droit civil, droit commercial, droit de la consommation, réglementation européenne, réglementation produit, droit de la propriété intellectuelle, droit du travail, droit de l’environnement, droit des transports (pour les aspects logistiques), droit de la santé publique, règles d’hygiène et de sécurité… »

Le juriste doit travailler rapidement, et effectuer des recherches dans les bases de données. Il travaille en équipe de manière à tenir une ligne cohérente au sein du service juridique.

« Travailler avec les services opérationnels nécessite d’être très pédagogue, d’être capable d’expliquer le droit tout en essayant de se mettre à la place de son interlocuteur et comprendre ses problèmes. Il y a dans notre métier de plus en plus de paramètres opérationnels à prendre en compte autres que juridiques : car nous devons apporter une réponse opérationnelle qui tienne compte des contraintes juridiques. »

A consulter