« En tant que juriste, j’assure le conseil juridique interne pour notre réseau, notamment sur les problématiques de montage des opérations de crédit et sur le choix des garanties. » - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Cadres. Changer de site ?

Temoignages

lu 0 fois | publié le 26/11/2012

Témoignage · « En tant que juriste, j’assure le conseil juridique interne pour notre réseau, notamment sur les problématiques de montage des opérations de crédit et sur le choix des garanties. »

Didier Kovar, Juriste bancaire, Caisse Fédérale du Crédit Mutuel Centre Est Europe

Diplômé de l’IEP Strasbourg et titulaire d’un DESS droit des affaires et fiscalité/DJCE à l’Université de Nancy en 1994, Didier Kovar est recruté en tant que juriste au CIAL (Crédit Industriel d’Alsace et de Lorraine) banque qui fusionna avec la SNVB (Société Nacéienne Varin Bernier) pour créer le CIC Est.

En 2010, le service juridique dont il dépend fusionne avec celui dela Caisse Fédéraledu Crédit Mutuel Centre Est Europe.

Il est en charge du conseil au réseau pour les agences du CIC EST et pour les caisses d’un groupement de 11 fédérations du Crédit Mutuel. « Je suis en contact direct avec mes collègues des réseaux bancaires soit par mail, soit par téléphone à propos de problématiques juridiques concernant les crédits bancaires, les modalités de constitution des garanties, la constitution d’hypothèques, les sûretés mobilières et immobilières, la gestion de petites successions, le droit de la famille ou le droit des sociétés. Mais mon service ne traite pas les dossiers contentieux, ni les dossiers de surendettement. »

Quotidiennement, les juristes de l’équipe dont il fait partie (une dizaine de personnes) reçoivent par courriels l’ensemble des questions à caractère juridique auxquelles sont confrontés les personnels des deux réseaux bancaires. Une permanence téléphonique par roulement est aussi effectuée pour répondre à des questions en général moins complexes. En tant que juriste senior, il exerce un rôle de référent et peut prendre en charge les questions les plus compliquées ou aider ses collègues à traiter ce type de questions. « Je dois régulièrement clarifier les questions posées et rendre intelligibles des situations parfois complexes. Je dois adapter mes réponses aux connaissances de mes interlocuteurs. »

En plus de ses missions de conseil, Didier Kovar intervient pour former des chargés d’affaire professionnels dans le domaine des garanties de crédit ou des spécialistes de la gestion patrimoniale au droit de la famille, successions, libéralités. « Je trouve intéressante cette activité, car elle me permet de rentrer en contact direct avec le réseau, de connaître personnellement un certain nombre de mes interlocuteurs et de mieux appréhender leurs besoins. » Il fait également remonter à ses collègues juristes en charge des process les problématiques récurrentes qui pourraient donner lieu à la mise en place ou à l’amélioration de procédure internes.

Pour exercer cette fonction une formation juridique de niveau master-master 2 est indispensable. « En plus de solides connaissances en droit bancaire, il faut posséder de bonnes compétences rédactionnelles, car la plupart des échanges ont lieu par mail.»

« Le métier de juriste est amené à évoluer fréquemment  du fait de réglementations de plus en plus complexes, (évolutions récentes du droit de la famille avec le PACS, du droit de la consommation, imbrication du droit communautaire et du droit français), mais surtout du fait de la plus grande  « judiciarisation » de la société. De plus en plus de clients s’informent sur leurs droits, notamment  sur Internet en consultant des sites de défense de consommateurs, et intentent des actions plus ou moins justifiées. La multiplication d’actions pour obtenir des « délais de grâce » en matière de crédit est également  le reflet de la modification des comportements des clients en période de crise. Mon rôle est de trouver la meilleure réponse juridique à la fois pour la banque et pour le client car l’objectif est de maintenir une relation bancaire de qualité tant que cela reste possible. »

Mots-clés : métierfiscalitéjuristecontentieuxbanque