Géomaticien - Apec.fr - Cadres
 
Etudes, recherche et développement

commentaire (0) | lu 901 fois | publié le 14/02/2015

Géomaticien

Finalité du métier

Le géomaticien produit et exploite des données d'information géographique, géo localisées et des cartographies thématiques à destination de clients, d’usagers et d’utilisateurs (partenaires, entreprises, grand public ...). Il peut développer, administrer et exploiter un Système d'information géographique (SIG), diriger des  projets et coordonner une équipe.

 

Autres intitulés

  • Ingénieur géomaticien ou ingénieur SIG
  • Chef de projet SIG,
  • Responsable SIG,
  • Responsable géomatique,
  • Chargé de mission ou ingénieur d’études en géomatique,
  • Gestionnaire (et/ou administrateur) de données SIG, de systèmes d'information géographique (SIG)

Fiche métier réalisée en collaboration avec l’AFIGEO (Association française pour l’information géographique)

 

Missions principales

Les métiers de la géomatique comprennent des activités très variées, en évolution rapide, du fait d’une part de la diversité des situations de mise en œuvre des compétences, d’autre part de l’évolution rapide du contexte technologique, réglementaire et sociétal.

 

Le géomaticien travaille sur l’information géographique qui est par nature transversale. Celle-ci, intégrée dans des chaînes logicielles, sert de matière à de puissants outils d’analyse spatiale, d’aide à la décision et de communication.

 

Il est chargé habituellement de l’acquisition, la production, la gestion et l’exploitation de l’information géographique. Il assure ou supervise le développement et la maintenance de bases de données géographiques et d’outils géomatiques utilisés par son organisme.

 

Il existe de nombreux métiers auxquels s’appliquent les méthodes géomatiques : agriculture, aménagement et urbanisme, architecture, environnement, météorologie, sécurité civile, archéologie, santé, commerce, action humanitaire, télécommunications, transports, etc. La géomatique s’intègre également dans des domaines d’activités plus généraux comme l’informatique, la formation, la recherche, le conseil.

 

Le géomaticien peut être amené à appréhender, à des niveaux de compétences plus ou moins élevés, tout ou partie des domaines spécifiques ci-après :

 

Acquisition et intégration des données

  • Effectuer les relevés terrain et collecter des données géographiques.
  • Acquérir des données auprès de partenaires externes.
  • Valider la qualité des données et les corriger si nécessaire.
  • Élaborer et structurer les données acquises.
  • Concevoir un modèle de données.
  • Structurer et intégrer les données dans le SIG.
  • Mettre à jour et maintenir une base de données géographiques.

 

Traitement,  analyse et diffusion des données

  • Paramétrer des applications appropriées au traitement de la donnée géographique.
  • Réaliser des opérations complexes d’analyse spatiale et statistique.
  • Analyser des images de télédétection.
  • Identifier, analyser et interpréter les données et les résultats d’analyse.
  • Assurer la mise à disposition des données auprès des utilisateurs et diffuser des données géographiques ou cartographiques sur des réseaux d'information.
  • Élaborer des outils de modélisation et de simulation, d’aide à la décision.
  • Rédiger des synthèses écrites.

 

Production cartographique

  • Analyser les demandes et extraire les données nécessaires pour y répondre.
  • Produire des cartographies thématiques ou de synthèses en fonction des besoins.
  • Réaliser des atlas sur des thématiques variées.

 

Gestion d’un projet géomatique

  • Définir les besoins du projet (données, méthodes, compétences et calendrier).
  • Définir les modalités d’acquisition, de gestion et d’exploitation des données géographiques utiles au projet.
  • Coordonner la mise en œuvre d’un SIG métier pour les besoins d’une thématique spécifique.
  • Définir, dans le cadre d’une politique globale, les modes de diffusion des bases de données dans le respect de la loi.
  • Participer aux réseaux (producteurs de données, utilisateurs) ou les animer.
  • Concevoir un catalogue des données géographiques disponibles en interne et/ou externe.

 

Activités éventuelles

  • Conception de solutions informatiques (architectures de SIG, développement  et paramétrage d’applications).
  • Création de supports de diffusion de données géographiques et cartographiques.
  • Formation et assistance technique auprès d’utilisateurs ou de clients.
  • Veille technique et technologique dans son domaine.

 

 Variabilité des activités

Les métiers de la géomatique peuvent varier selon :

  • Que la géomatique est le cœur de métier ou qu’elle est exercée en double compétence.
  • Le niveau du poste : le géomaticien peut être gestionnaire, chargé d’études, ingénieur, responsable, et n’aura pas les mêmes responsabilités dans un projet. Il peut être amené à occuper des fonctions managériales et de pilotage d’un service géomatique.
  • La taille et l’organisation de l’entreprise : au sein de grandes structures (grandes entreprises, collectivités territoriales de grande taille), le géomaticien pourra être très spécialisé, alors que dans de petites structures (bureau d’études, prestataire, petite collectivité), il aura le plus souvent une activité plus polyvalente.

 

Salaire

Jeune diplômé : entre 25  et  30 keuros 

Jeune cadre : entre  30 et  40 keuros

Cadre confirmé : entre  40 et  50 keuros

 

Compétences requises

Compétences techniques (variables en fonction du type et du niveau du poste)

  • Bonne connaissance des méthodes de conception, de mise en place et d'administration d'un SIG.
  • Connaissance des principes de structuration des bases de données géographiques.
  • Maîtrise de la cartographie thématique.
  • Maîtrise des logiciels SIG bureautiques, des outils de cartographie.
  • Capacités d’analyse et de synthèse.
  • Savoir-faire en sémiologie graphique.
  • Connaissance des principes de la topographie.
  • Maîtrise des techniques de numérisation et de digitalisation, d’infographie.
  • Bonne connaissance du contexte juridique et réglementaire du domaine.
  • Maîtrise des techniques de modélisation,
  • Maîtrise des techniques d’imagerie, photogrammétrie, télédétection.

 

Aptitudes professionnelles

  • Capacité à côtoyer des métiers de différents domaines d'activité.
  • Ouverture d’esprit et écoute des interlocuteurs pour comprendre les besoins des  utilisateurs, leur fournir les bonnes données  et adapter les outils.
  • Sens du contact humain et de l’animation de réseaux d’acteurs.
  • Rigueur dans le recueil et le traitement des données.
  • Capacités d’organisation et de suivi du projet.
  • Créativité et agilité intellectuelle.
  • Aptitude à la conduite du changement.

 

Profils les plus demandés

Diplômes requis

Les diplômes requis peuvent être soit spécialisés en géomatique, soit relever d’autres disciplines (géographie, aménagement, sciences de la vie et de la terre, agronomie, etc.), mais avec une spécialisation en géomatique.

  • Formation de niveau Bac +2/3 : BTS, DUT, licence  professionnelle.
  • Formation de niveau Bac +5: masters
  • Diplômes d’ingénieurs
  • Mastères Spécialisés
  • Doctorat

 

Durée d’expérience

Le domaine de la géomatique est ouvert aux jeunes diplômés aussi bien qu’aux cadres confirmés et la diversité des métiers favorise les évolutions de carrière.

 

Postes précédents

  • Technicien géomaticien

 

Type d'employeurs

  • Services de l’Etat
  • Collectivités territoriales
  • Gestionnaires d’espaces naturels (PNR, CEN ...)
  • Établissements publics et offices : IGN, ONF, ONEMA, ASP, Météo France, ONCFS, Agences de l’eau, etc.
  • Prestataires : bureaux d’études techniques (eau, environnement, aménagement, urbanisme), éditeurs de progiciels, cabinets de géomètre-expert, sociétés d’audit et de conseil, agences spécialisées en géomarketing, SSII spécialisées, consultants indépendants
  • Entreprises utilisatrices de toute taille et de tous secteurs : groupes pétroliers, de génie civil et d’ingénierie, gestionnaires de réseaux, sociétés d’assurance, grande distribution,
  • Instituts et centres de recherche : CNRS, BRGM, IRD, IRSTEA
  • ONG ou associations
  • Écoles et universités

 

Rattachement hiérarchique

Le rattachement hiérarchique du géomaticien dépend de la nature de ses activités. Il peut être positionné auprès d’une direction générale ou intégré à un service  opérationnel.

 

Environnement de travail et interlocuteurs

Dans l’organisme, les missions des géomaticiens sont transversales aux services qui utilisent des données géographiques.

 

En interne :

  • Direction générale stratégique, politique ou opérationnelle
  • Direction des études, service statistique
  • Service communication
  • Service informatique
  • Autres services techniques utilisateurs

 

En externe :

  • Partenaires institutionnels
  • Prestataires de services
  • Donneurs d’ordre
  • Publics (clients et usagers)

 

Evolution professionnelle

La grande variabilité des postes possibles orientera plutôt un cartographe vers le métier de gestionnaire de données par exemple, et un chef de projet SIG vers le métier de chef de service géomatique...

 

Facteurs d’évolution du métier

Les métiers de la géomatique sont fortement influencés par les évolutions :

  • Technologiques : les métiers de la géomatique s'appuyant sur les outils informatiques (logiciels de SIG, de gestion de données statistiques, d’infographie, serveur et cloud), des données numériques acquises selon différentes méthodes (topographique avec ou sans GPS, drone, scanner laser, photogrammétrie aérienne, restitution satellitaire) et l’internet, ils se doivent d’être réactifs aux évolutions de ces technologies qui sont autant de facteurs d’évolution des compétences du géomaticien.
  • Réglementaires : La géomatique vient en appui à la mise en œuvre et l’évaluation de nombreuses politiques publiques. L’évolution du cadre réglementaire de nombreux domaines impacte directement les métiers.

 

Par exemple, la mise en œuvre en France depuis 2007 de la directive européenne Inspire a été moteur dans l’évolution des pratiques du fait qu’elle oblige la sphère publique à standardiser, cataloguer et rendre visible les données publiques à caractère environnemental. Autre exemple, la réforme du traitement des travaux à proximité de réseaux a un impact direct sur l’organisation de la production de l’information géographique en France : techniques de recherche de réseaux, constitution de fonds de plans grande échelle, partenariats, introduction des critères de qualité, normalisation des données, etc.

 

  • Sociétales : Avec le mouvement Open Data qui induit une plus grande transparence des données publiques, l’utilisation grand public de mobiles, de GPS et de portails internet souvent géographiques, les métiers de la géomatique doivent également adapter leur pratiques et s’ouvrir à de nouveaux besoins qui vont au-delà des cibles professionnelles.

Mots-clés : métier