Directeur du développement durable - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Cadres. Changer de site ?

Etudes, recherche et développement

lu 6863 fois | publié le 14/09/2017

Directeur du développement durable

Le directeur du développement durable initie, pilote, supervise, contrôle, fait évoluer et représente la stratégie développement durable de son entreprise ou de son organisation. Il s'attache à faire progresser les aspects environnementaux, éthiques, sociaux et de gouvernance à tous les niveaux de la structure.

Autres intitulés

  • Directeur du développement durable et de la responsabilité sociale des entreprises (RSE)
  • Directeur de la responsabilité sociale et environnementale
  • Directeur de la stratégie et du développement durable

 

Activités principales

Définition de la politique de développement durable du groupe

  • Diagnostiquer les points à améliorer dans le domaine du développement durable (incluant les aspects environnementaux, éthiques, sociaux et de gouvernance) grâce à des outils permettant d'évaluer la performance environnementale (bilan carbone, analyse du cycle de vie) et la responsabilité sociale des entreprises (RSE).
  • Définir la stratégie à mener en termes d'objectifs, d'actions, d'outils, de ressources et d'indicateurs nécessaires, en cohérence avec les autres politiques (RH, production, sécurité, prévention, achats...).
  • Adapter et faire évoluer cette stratégie en fonction des contraintes règlementaires et normatives nationales et internationales (loi sur les nouvelles régulations économiques dite loi NRE, norme ISO 26000...).

 

Mise en place des ressources et coordination des actions

  • Relayer l'information, animer un réseau et décliner le plan d'actions à tous les niveaux de la structure grâce à une équipe et/ou des correspondants.
  • Former le management à la thématique et organiser des actions de sensibilisation à destination de l'ensemble du personnel (plaquettes, intranet, guide...).
  • Mettre en place des indicateurs et des outils d'évaluation permettant de vérifier la performance de la politique engagée, faire évoluer objectifs et plan d'actions en fonction des résultats obtenus.
  • Etablir des rapports et des bilans, notamment le rapport annuel de développement durable.
  • Définir et négocier le budget avec la direction générale et diriger le département environnement ou développement durable (management des équipes, gestion financière).

 

Mission de communication et de lobbying externe

  • Représenter l'entreprise ou la collectivité et négocier avec les parties prenantes (clients, administrations, élus, ONG, associations, populations...).
  • Diffuser et promouvoir les actions menées auprès des médias et participer à des événements, rencontres et formations sur le développement durable.
  • Maîtriser les actions de communication pour agir sur l'image de marque de l'entreprise ou de l'organisation en temps normal et lors des crises environnementales ou sociétales (accidents industriels, pollution, défaut d'un produit,...).

 

Variabilité des activités

Le poste, son intitulé et ses missions varient en fonction de l'organigramme de l'entreprise ou de l'organisation dont il dépend. On trouve ainsi des directeurs du développement durable et de la stratégie, des directeurs du développement durable et de la communication, des directeurs de l'environnement et du développement durable. En fonction de la politique de l'entreprise, ses missions seront plus axées sur les problématiques environnementales, sur la responsabilité sociale des entreprises, sur la gouvernance... Précisons néanmoins que dans les grands groupes, les directions du développement durable et les directions de l'environnement sont souvent deux départements distincts.

Selon l'entreprise, le poste de directeur du développement durable peut correspondre souvent à au moins deux niveaux de postes : celui qui, au niveau du groupe, propose et établit réellement la stratégie et celui qui, dans une filiale, la décline : ceci a une implication sur le niveau de responsabilité, l'expérience requise et le niveau de rémunération.

Le périmètre de compétences du directeur du développement durable peut également être lié au secteur d'activité de son entreprise : problématique des achats durables dans la grande distribution, question des investissements socialement responsables dans les banques, de la stratégie énergétique face au changement climatique dans le secteur du gaz et de l'énergie, gestion des consommations d'eau et d'électricité, des déchets sanitaires dans le secteur des hôpitaux...

Dans le secteur public, les missions du  responsable du développement durable sont fixées par les priorités politiques de la collectivité territoriale où il travaille : animation du plan climat ou de l'Agenda 21, urbanisme ou agriculture durable, rénovation des établissements publics, amélioration de la collecte et du traitement des déchets ménagers...

 

Rémunération

Cadre confirmé : entre 45 et 80 k€

Le salaire peut comprendre une partie variable. Il varie en fonction du type d'employeur (public/privé), de la taille de l'entreprise et de l'expérience de la personne en poste.

 

Compétences requises

Compétences techniques

  • Bonne culture générale et environnementale
  • Connaissance des métiers, des services et du fonctionnement de l'entreprise pour mener à bien ses missions qui touchent l'ensemble de la structure
  • Compétences managériales pour mener à bien la politique en matière de développement durable
  • Maîtrise de la responsabilité sociale des entreprises, des modes de gouvernance, du commerce équitable, des achats durables, des questions éthiques, des problématiques liées aux conditions de travail et de tous les dossiers touchant de près ou de loin au développement durable
  • Connaissance des référentiels internationaux en matière de développement durable (Agenda 21, ISO 26000, loi NRE...)
  • Maitrise des outils et des procédures qualité
  • Anglais et si possible une autre langue car le directeur du développement durable est amené à travailler dans un contexte international avec des homologues étrangers

 

Aptitudes professionnelles

  • Sens relationnel, sens de la pédagogie et capacité d'adaptation pour comprendre les enjeux et intérêts des différentes parties prenantes
  • Capacité à négocier, à mobiliser, à convaincre la direction générale, les interlocuteurs extérieurs, les salariés, des efforts et moyens à déployer
  • Ténacité et persévérance pour faire aboutir sa politique et ses projets
  • Ouverture d'esprit et aptitude à anticiper pour avoir un temps d'avance sur les normes et les règlementations
  • Capacité à gérer des projets transverses
  • Disponibilité et résistance au stress car le poste exige des déplacements fréquents

 

Le profil

Diplômes requis

  • Ecoles d'ingénieurs (Polytechnique, Ecole centrale, Insa...)
  • Institut d'études politiques (IEP)
  • Master en sciences, sciences humaines et politiques, sciences de gestion
  • Master en environnement, développement durable, aménagement ou éco-développement
  • Ecoles de commerce avec une spécialité développement durable (HEC, Essec)

 

Durée d’expérience

Ce poste est réservé à des managers ayant déjà acquis une bonne expérience technique et stratégique. Une expérience de 7 à 10 ans minimum est demandée en entreprise, de 5 ans dans les collectivités. Dans les entreprises, une expérience de terrain avec des responsabilités opérationnelles et permettant une bonne connaissance du fonctionnement et des métiers est appréciée. Les entreprises ont, pour ces raisons, recours préférentiellement à des promotions internes même si les recrutements externes sont plus fréquents qu'il y a une dizaine d'années.

 

Postes précédents (P-1)

 

Qui recrute ?

Dans le secteur privé :

  • Les groupes du secteur industriel (automobile, agroalimentaire, chimie...)
  • Les groupes éco-industriels (eau, déchets)
  • Certaines PME

 

Dans le secteur public :

  • La fonction publique d'État : administrations centrales
  • La fonction publique territoriale : conseils généraux et régionaux, communes et communautés de communes économiquement dynamiques et/ou de taille importante

 

Rattachement hiérarchique

  • Directeur général
  • Directeur opérationnel
  • Directeur de la stratégie et du développement

 

Dans le secteur public : ministère de tutelle pour les services centraux et préfecture ou présidence de collectivité pour les services décentralisés

 

Environnement de travail et interlocuteurs

Internes :

  • Direction des services techniques
  • Direction de la production
  • Direction des achats
  • Direction de l'environnement
  • Direction QHSE, QSE ou HSE
  • Direction des ressources humaines
  • Direction de la communication et du marketing
  • Direction administrative et financière

 

Externes :

  • Administrations publiques chargées de l'environnement
  • Elus et fonctionnaires en charge du développement durable, Agendas 21 ou Plan climat
  • Associations et ONG

 

Evolution professionnelle (P+1)

  • Directeur général
  • Directeur de la stratégie et du développement
  • Responsable d'une ONG
  • Directeur d'un cabinet d'audit de responsabilité sociale

 

Contexte et facteurs d’évolution du métier

Si au cours de la dernière décennie, les efforts menés en matière de développement durable mis en avant par les entreprises relevaient souvent du green washing, la situation change depuis quelques années. Les lois ou normes nationales ou internationales (Grenelle  de l'environnement  et son article 225, extension de la loi NRE aux entreprises non cotées de plus de 500 salariés, norme ISO 26000) exigent technicité et expertise des collaborateurs travaillant sur les problématiques environnementales et sociétales, au premier rang desquels on trouve les directeurs du développement durable.

Du rôle essentiellement de communiquant, le directeur du développement durable a aujourd'hui un poste de plus en plus stratégique qui exige des compétences dans le domaine environnemental mais aussi dans celui de l'éthique ou encore des achats et des produits durables. Suite à la crise financière de 2009 qui a remis en cause le système économique mondial, le directeur du développement durable a un rôle central puisqu'il doit inventer un modèle d'entreprise plus respectueux de l'homme et de son environnement sur le long terme. S'il peine encore à avoir du poids dans l'organigramme, il est et sera de plus en plus amené à traiter les champs de la gouvernance et de la responsabilité sociale de son entreprise.