Chef de projet sites et sols pollués - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Cadres. Changer de site ?

Etudes, recherche et développement

lu 2133 fois | publié le 14/09/2017

Chef de projet sites et sols pollués

Le chef de projet sites et sols pollués apporte son expertise dans la gestion des problématiques liées à la pollution des sols et des eaux souterraines sur des sites industriels. Il exploite les données historiques et celles provenant des investigations de terrain, évalue les risques sanitaires et environnementaux et propose des techniques de dépollution pour opérer la réhabilitation conformément à la réglementation en vigueur.

Autres intitulés

  • Ingénieur dépollution
  • Chef de projet travaux dépollution
  • Chef de projet modélisation polluants
  • Ingénieur technico-commercial sites et sols pollués
  • Ingénieur environnement spécialisé en dépollution

 

Activités principales

Proposition commerciale et technique avant-projet

  • Élaborer le cahier des charges au vu des données historiques et de terrain, estimer les budgets et sélectionner les prestataires.
  • Monter les offres techniques et commerciales selon les problématiques des clients (études de faisabilité, établissement des offres dans le respect des objectifs de rentabilité fixés pour le projet). 
  • Assister et conseiller le client dans ses relations avec l'administration. 
  • Assurer le suivi et l'entretien des comptes clients.

 

Pilotage ou réalisation d'études techniques

  • Réunir et interpréter les données historiques.
  • Concevoir et superviser le programme d'investigations des sols ou des eaux souterraines ou des gaz du sol. 
  • Réaliser des mesures et des analyses (étude de l'interprétation des milieux, diagnostics de pollution des sols et des eaux souterraines, modélisation des écoulements et transfert de polluants dans les nappes).
  • Réaliser des rapports d'études (plan de gestion, autorisation d'exploitation, notification de cessation d'activités).
  • Interpréter les résultats des études afin de proposer des techniques de dépollution des sols et/ou des eaux souterraines.
  • Élaborer la stratégie de réhabilitation du site (aspects techniques, aspects réglementaires, relations avec les tiers).
  • Évaluer les risques sanitaires et environnementaux avant et après travaux de dépollution.
  • Évaluer le passif environnemental associé aux sols et aux eaux souterraines dans le cadre de due diligence (acquisitions ou cessions de sites industriels).

 

Conseil et assistance à maîtrise d'ouvrage, suivi de chantier

  • Conseiller et assister la maîtrise d'ouvrage (relations avec l'administration, avec les riverains, etc.).
  • Superviser le déroulement des chantiers de traitement de sites pollués.
  • Assurer la gestion des sous-traitants intervenants sur les projets.
  • Être le garant du respect des délais, des coûts et de la qualité des opérations. 

 

Activité d'encadrement et de coordination

  • Encadrer techniquement les équipes de production (techniciens et ingénieurs).

 

Activités éventuelles

  • Réaliser des investigations sur le terrain (carottages, piézomètres...).
  • Gérer le suivi administratif et financier des projets (suivi de budget, facturation des clients).

 

Variabilité des activités

  • En bureau d'études : Le bureau d'études assiste techniquement le maître d'ouvrage mettant en œuvre la dépollution des sols dans le choix des mesures à prendre. Selon la taille de la structure et de son organisation, le chef de projet sites et sols pollués peut intervenir sur la phase d'études, la phase travaux ou gérer l'ensemble du projet. Selon les entreprises, il a en charge le développement de l'activité commerciale en plus de son rôle d'expert pour la réalisation d'études techniques et l'assistance à maîtrise d'ouvrage.
  • Dans l'industrie : Le chef de projet sites et sols pollués gère les projets liés à la problématique des sols et eaux souterraines depuis l'élaboration de la stratégie, la rédaction du cahier des charges, le choix du bureau d'études, l'estimation du budget, les relations avec l'administration, les tiers ou les riverains, le suivi de chantier jusqu'aux négociations avec les repreneurs du terrain.
  • Dans le secteur public : Le chef de projet sites et sols pollués participe en outre à des projets de recherche pour améliorer les connaissances scientifiques et proposer des outils de plus en plus performants, utiles à la rédaction des réponses aux appels d'offres et au montage de nouveaux projets auprès de bailleurs de fonds (services de l'Etat, collectivités territoriales, Union européenne...).

 

Rémunération

En bureau d'études :

Jeune diplômé : entre 28 et 30 k€

Jeune cadre : entre 30 et 35 k€

Cadre confirmé : entre 35 et 50 k€

 

Dans une entreprise industrielle :

Jeune cadre : entre 38 et 50 k€

Cadre confirmé : entre 50 et 80 k€ (et plus selon expérience)

Le niveau de rémunération du chef de projet sites et sols pollués dépend de l'activité et de la taille de l'entreprise ainsi que de l'expérience demandée.

 

Compétences requises

Compétences techniques

  • Connaissances dans le fonctionnement d'un site industriel
  • Connaissance technique des milieux souterrains (sols, eaux...), des techniques de dépollution.
  • Connaissances scientifiques générales en géologie et hydrogéologie
  • Maîtrise de l'évolution de la règlementation liée à l'environnement (réglementation ICPE, sites et sols pollués) et de la gestion contractuelle des marchés publics et privés
  • Connaissances en gestion budgétaire
  • Maîtrise de la gestion de projets dans des domaines spécialisés
  • Aptitudes rédactionnelles pour rédiger les rapports d'études
  • Maîtrise de l'anglais technique

 

Aptitudes professionnelles

  • Rigueur et organisation pour la conduite simultanée de plusieurs projets
  • Sens du travail en équipe et de la communication (travail avec des acteurs très variés)
  • Capacités d'analyse et vision stratégique d'ensemble pour comprendre rapidement les enjeux et résoudre les problèmes
  • Sens de la négociation pour faire valoir ses arguments dans les relations avec l'administration, les tiers et les riverains
  • Capacité à fédérer des équipes aux profils variés
  • Sensibilité à l'environnement
  • Rigueur et sens pédagogique pour faire respecter les normes en vigueur aux clients et sous-traitants
  • Ténacité pour suivre un projet sur le long terme

 

Le profil

Diplômes requis

  • Écoles d'ingénieurs généralistes (Mines, INSA, Arts et Métiers), spécialisées en chimie (Ensic Ecole nationale supérieure des industries chimiques), en techniques de l'environnement, en géologie (par exemple Institut Polytechnique LaSalle Beauvais), en sciences de la terre (Ecole et observatoire des sciences de la terre), en géographie (Ecole nationale des sciences géographiques)
  • Masters universitaires (par ex : master professionnel sciences et technologie, gestion et traitement des eaux, des sols et des déchets, master sciences, technologies, santé, mention géosciences, ENS Géologie Vandœuvre-lès-Nancy, doctorat dans les sciences de l'environnement et en chimie...)
  • Une spécialisation en environnement des milieux contaminés, dans l'hygiène et le traitement de l'air est parfois recherchée.

 

Durée d’expérience

Ce métier est ouvert aux jeunes diplômés, essentiellement pour des postes en bureau d'études.

Pour travailler dans un groupe industriel, l'ingénieur sites et sols pollués doit avoir une première expérience significative (de trois à dix ans selon le niveau de responsabilité demandé) en bureau d'études dans la gestion et le redéveloppement des sites et sols pollués, l'évaluation des impacts et des risques environnementaux. 

 

Postes précédents (P-1)

  • Ingénieur d'études en bureau d'études
  • Ingénieur environnement dans un groupe industriel
  • Géologue

 

Qui recrute ?

  • Bureaux d'études
  • Sociétés d'ingénierie et de conseil en environnement 
  • Cabinets d'experts spécialistes en risques industriels et techniques
  • Entreprises industrielles : mines, extraction, pétrole, pharmacie, chimie, transformation de métaux, etc.
  • Promoteurs immobiliers, sociétés d'aménagement
  • Administrations (Ademe...)
  • Organismes publics : Bureau de recherche géologique minière (BRGM), Institut national de l'environnement industriel et des risques (INERIS), Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB)....

 

Rattachement hiérarchique

  • Responsable HSE (Hygiène sécurité environnement) d'un site ou d'un groupe industriel
  • Responsable d'équipe sites et sols pollués
  • Chef d'agence dans un cabinet d'études
  • Directeur de site opérationnel
  • Responsable département travaux
  • Responsable département investigations.

 

Environnement de travail et interlocuteurs

Internes :

  • Ingénieurs (chimistes, géologues, hydrogéologues...)
  • Responsables HSE (Hygiène sécurité environnement)
  • Service immobilier
  • Direction financière
  • Direction des achats
  • Direction juridique

 

Externes :

  • Entreprises industrielles clientes
  • Fournisseurs
  • Géomètres
  • Entreprises de travaux de dépollution
  • Élus, Administrations (ex : Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement), préfectures
  • Cabinets d'avocats, juristes spécialisés

 

Evolution professionnelle (P+1)

En bureau d'études :

 

Dans l'industrie :

  • Responsable d'un département environnement ou HSE

 

Plus rarement hors de l'industrie :

  • Consultant en cabinet conseil
  • Inspecteur des installations classées dans une Dreal (Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement)

 

Contexte et facteurs d’évolution du métier

Les risques sanitaires liés à la pollution étant de plus en plus pris en compte, notamment pour des questions de responsabilités et de coûts de dépollution, le métier d'ingénieur sites et sols pollués a tendance à se développer. Le métier évolue en fonction de la législation et des techniques de dépollution. La connaissance de la gestion contractuelle des marchés publics, de la nouvelle réglementation « sites et sols pollués » (circulaire du 8 février 2007 relative à la prévention de la pollution des sols et à la gestion des sols pollués) ainsi que la réglementation ICPE (Installations classées pour la protection de l'environnement) sont désormais nécessaires.