« Le métier d’ARC comprend bien sûr le monitoring des études, les déplacements dans les centres, mais il permet aussi de faire des soumissions réglementaires et d’évoluer vers de la gestion de projet et du management d’équipe... » - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Cadres. Changer de site ?

Temoignages

lu 0 fois | publié le 26/11/2014

Témoignage · « Le métier d’ARC comprend bien sûr le monitoring des études, les déplacements dans les centres, mais il permet aussi de faire des soumissions réglementaires et d’évoluer vers de la gestion de projet et du management d’équipe... »

Vanessa Montanari, Attachée de recherche clinique, Pharmaspecific

En 2003, Vanessa Montanari complète sa maîtrise de biologie cellulaire et de physiologie par une formation d’attaché de recherche clinique. Durant trois mois, elle se forme aux aires thérapeutiques, aux pathologies, et aux méthodologies de la recherche clinique.

« J’avais envie d’exercer un métier dans lequel les déplacements sont fréquents, où l’on communique beaucoup avec les équipes de recherche : je ne me voyais plus dans un laboratoire à faire des manipulations sur la paillasse... »

À la suite de sa formation, Vanessa Montanari effectue deux stages d’une durée totale de six mois : elle devient technicienne de recherche clinique à l’hôpital Henri Mondor en cardiologie, puis à l’Institut Gustave Roussy, en oncologie.

« Auprès de l’investigateur, en tant que technicien de recherche clinique, il s’agissait d’identifier des patients pouvant participer à l’étude, de compléter les cahiers d’observation, ou encore d’aider à l’organisation de l’étude dans l’hôpital. »

Après ses stages en tant que technicienne de recherche clinique, Vanessa Montanari est confortée dans son choix de métier, mais préfère exercer en tant qu’attaché de recherche clinique, c'est-à-dire à l’interface entre l’investigateur et le laboratoire. Elle veut former l’équipe médicale, suivre les études et s’assurer par un contrôle strict du bon déroulement de l’étude. Pour son premier poste, elle intègre l’AERO (Association européenne de recherche en oncologie) qui est un organisme promoteur d’essais cliniques.

« Cette association recherchait une personne qui avait été technicien de recherche clinique, et qui avait une expérience en oncologie : mon profil était donc adapté. Durant un an et demi, j’ai fait le monitoring des études lancées par ce groupe coopérateur, en partenariat avec des laboratoires qui fournissaient les molécules. »

Son envie de travailler à l’international et de perfectionner son anglais amène Vanessa Montanari à postuler au sein d’une CRO1, PPD. Elle a l’opportunité d’y travailler sur des projets en oncologie, mais aussi sur le VIH ou en hématologie. Les essais se déroulent à l’international, et Vanessa Montanari communique exclusivement en anglais avec le chef de projet clinique et le laboratoire : « au quotidien, dans le cadre des tâches de monitoring de l’ARC2, j’ai été en contact avec les médecins investigateurs, les infirmières de recherche clinique, les secrétaires médicales, les pharmaciens de l’hôpital, les techniciens de recherche clinique....et même avec la direction de l’hôpital pour la gestion des contrats. »

Avec l’expérience, Vanessa Montanari se voit confier des responsabilités nouvelles : « en tant qu’ARC expérimenté, j’ai été amenée à travailler sur les soumissions réglementaires. Pour pouvoir débuter une étude, il faut demander une autorisation au comité d’éthique et à l’ANSM3, ou à la CNIL4 et au CCTIRS5 en fonction du type d’étude : il faut donc préparer les dossiers, réunir les documents nécessaires et maintenir des relations avec ces différentes autorités.»

Souhaitant découvrir de nouveaux univers de travail, Vanessa Montanari est recrutée par une autre CRO qui lui permet d’être détachée au sein d’un laboratoire pharmaceutique. Durant un an et demi, elle est ARC au sein du laboratoire Abbott et collabore aux études cliniques tout en développant ses relations avec les départements de communication, marketing, ventes, affaires réglementaires, pharmacovigilance... : sa connaissance du métier d’ARC s’en trouve complétée. Elle se lance donc en 2010 en tant qu’ARC free-lance, et crée son entreprise, Pharmaspecific : « j’avais envie de choisir mes missions, de communiquer directement avec mes clients et de travailler sur certaines aires thérapeutiques en particulier. » Collaborant avec des CRO françaises ou étrangères ainsi qu’avec des laboratoires pharmaceutiques, Vanessa Montanari est aujourd’hui chef d’entreprise et manage une petite équipe d’ARC.

 

1 - Contract research organization

2 - Attaché de recherche clinique

3 - Agence nationale de sécurité du médicament

4 - Commission nationale de l’informatique et des libertés

5 - Comité consultatif sur le traitement de l'information en matière de recherche dans le domaine de la santé

Mots-clés : métierrecherche cliniqueR&Darcsanté