« J'assiste un chercheur principalement sur les phases d'expérimentation en laboratoire, d'exploitation et de valorisation des résultats. » - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Cadres. Changer de site ?

Temoignages

lu 139 fois | publié le 22/07/2009

Témoignage · « J'assiste un chercheur principalement sur les phases d'expérimentation en laboratoire, d'exploitation et de valorisation des résultats. »

Mathieu Muller, Assistant de recherche, Inra

Après avoir obtenu une maîtrise, en 2001, en génie sanitaire et environnement et un DEA, en 2002, en sciences et technique de l'environnement, Mathieu Muller prépare un doctorat en sciences des procédés biologiques et industriels. Il mène des travaux de recherche sur le devenir des œstrogènes au cours du traitement des eaux usées. Depuis deux ans, il développe sa thèse au sein du laboratoire de biotechnologie de l'environnement de l'Inra (Institut national de recherche agronomique) à Narbonne. Son statut de doctorant, à la fois salarié du laboratoire et étudiant, lui confère les fonctions d'un assistant de recherche.

Ce laboratoire est spécialisé dans la recherche et le développement de procédés biologiques pour le traitement des eaux usées et des déchets solides d'origine urbaine, industrielle ou agricole. « Ma mission est de mener des recherches fondamentales et appliquées sur le potentiel biochimique de dépollution d'organismes vivants. » Son objectif final réside en la protection des ressources naturelles que sont l'eau, le sol et l'atmosphère. « Les problématiques de recherche du laboratoire s'inscrivent dans les axes stratégiques de recherche définis par l'Inra au niveau national. »

Une cinquantaine de personnes travaille au sein du laboratoire. Elles sont réparties en trois équipes, selon des thématiques différentes mais complémentaires. Mathieu Muller est intégré dans l'équipe ingénierie des procédés, dont l'activité consiste à étudier et optimiser l'activité naturelle des bactéries afin de développer des procédés biologiques de dépollution. Cette équipe se compose de plusieurs groupes thématiques.

Mathieu Muller appartient à l'un d'eux, composé de cinq personnes. Il travaille en collaboration avec deux chercheurs, un technicien de laboratoire et un autre doctorant. « Mon rôle est d'assister un chercheur principalement sur les phases d'expérimentation en laboratoire, d'exploitation et de valorisation des résultats. » Grâce à sa thèse, le doctorant peut s'impliquer dans une partie du travail de recherche d'un chercheur. « C'est un vrai travail de collaboration entre nous. En contrepartie de la formation qu'il m'offre et des moyens mis à ma disposition, je me dois aussi de lui fournir des résultats. »

Ses activités sont définies en accord avec le chercheur qu'il soutient. « J'effectue beaucoup de manipulations en laboratoire. Je suis en charge de tout l'aspect matériel et logistique de nos expérimentations. Je mets en place la structure d'expérimentation et suis les procédés afin de vérifier qu'ils fonctionnent correctement. Pour cela, je réalise des analyses chimiques et biologiques sur ces structures. Il m'arrive aussi d'assurer la maintenance des appareils analytiques. »

Mathieu Muller intervient aussi en aval, et notamment sur la phase de traitement des résultats obtenus en laboratoire. « Une grande partie de mon travail consiste en l'analyse de ces résultats. Pour cela, j'effectue des calculs, j'établis des graphiques, j'utilise des notions mathématiques et statistiques pour répondre aux problèmes posés. » Pour orienter ses recherches et interpréter ses résultats, il passe un quart de son temps de travail à se tenir informé des recherches et des découvertes faites dans son domaine. « Je lis beaucoup de revues et de livres scientifiques. »

Enfin, il doit rendre compte de ses résultats au chercheur qui l'encadre ainsi qu'au reste du laboratoire. « Je dois rendre un rapport par semestre afin de témoigner de l'état d'avancement de mon travail. Ce rapport permet à mon directeur de thèse, qui est aussi le directeur du laboratoire, et aux partenaires financiers de m'évaluer et de voir si je réponds à la problématique de recherche posée. Je participe également à la diffusion des résultats obtenus via la rédaction d'articles en anglais destinés à la publication dans des revues scientifiques ou via la présentation orale de mes travaux lors de congrès réunissant des spécialistes de mon domaine d'étude. »

« Toutes ces activités sont passionnantes. À terme, mon objectif est de travailler comme chercheur dans un organisme de recherche publique. Pour cela, après l'obtention de mon doctorat, je pars au Québec comme post-doctorant, puis je reviendrai en France passer les concours ouverts au recrutement de chercheurs. »

Mots-clés : métierrecherche