Infographiste 3D - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Cadres. Changer de site ?

Communication, création

lu 3381 fois | publié le 13/09/2017

Infographiste 3D

L’infographiste 3D participe à la conception de productions graphiques en y intégrant des éléments visuels 3D, des effets spéciaux et de l’animation. Ces productions peuvent être rendues en temps réel dans un jeu vidéo ou sous forme de séquences d’images de synthèse pour un film d’animation.

Autres intitulés

  • Graphiste 3D
  • Modeleur 3D
  • Rigger
  • Animateur 3D
  • Animateur keyframe
  • Animateur motion capture / motion editor
  • Graphiste FX
  • Lighter

 

Activités principales

Prise en compte et suivi de la demande

  • Assister au brief afin de prendre connaissance des objectifs et des attentes de réalisation.
  • Lire le scénario et consulter le story-board.
  • Anticiper les contraintes esthétiques et techniques du projet et les communiquer à la direction de production.
  • Définir avec le commanditaire le style et la technique d’animation (keyframe ou motion capture).
  • Établir un planning de réalisation du travail et le présenter au commanditaire.
  • Participer aux réunions de débrief jusqu’à la phase de validation du projet.

 

Conception du projet d’animation 3D et validation auprès du commanditaire

  • Élaborer des planches de tendance (mood board ou concept board) qui définissent l’univers graphique et l’identité visuelle choisis pour le projet.
  • Proposer une animatique (prévisualisation) en fonction du story-board et des intentions du commanditaire, afin de valider avec lui le déroulement et le rythme de l’animation.
  • Dessiner les personnages et les décors en 2D avec des logiciels de graphisme spécialisés.

 

Création des éléments virtuels 3D

  • Modéliser les enveloppes/maillages des personnages, objets et décors avec des logiciels de graphisme 3D.
  • Créer les textures de chaque élément 3D en fonction des planches de tendance adoptées avec des logiciels 2D/3D.
  • Régler le rendu des textures sur les modèles 3D : patine brillante ou mate, reflets, spéculaires, caustiques (shading).
  • Créer les mécanismes à l’intérieur des modèles 3D qui seront animés : squelette, association à la peau du personnage (skinning), pivots, degrés de liberté, contraintes (rigging).

 

Animation des éléments virtuels 3D à partir des éléments modélisés inertes

… En animation keyframe :

  • Travailler et animer en volume, sur ordinateur, les mouvements, expressions, effets de transition, et effets spéciaux sur les personnages, objets et décors, via des logiciels de graphisme/animation 3D spécialisés.
  • Animer les caméras selon les directives du réalisateur.
  • Réaliser des animations faciales : expressions du visage et synchronisation labiale (lipsynch).

 

… En motion capture :

  • Créer et rassembler les accessoires et décors du tournage.
  • Superviser l’aspect technique des tournages en motion capture : équipement des acteurs/cascadeurs de combinaisons avec marqueurs, suivi de la liste des mouvements à réaliser, calibrage des caméras, enregistrement des performances sur ordinateur.
  • Labelliser les marqueurs traqués pour chaque prise validée par le réalisateur : nommer et associer chaque point à une position sur le corps de l’acteur à chaque instant du mouvement (tracking).
  • Reconstruire les données de marqueurs fausses ou manquantes (bouchage).
  • Transférer les marqueurs labellisés sur les squelettes des modèles 3D préalablement riggés pour l’animation (intégration).
  • Parfaire et adapter les mouvements incohérents issus des différences entre le personnage virtuel et le comédien (post-animation).

 

Finalisation du cadrage et éclairage 3D

  • Parfaire les plans de caméras.
  • Créer les ambiances, poser et régler les éclairages sur les éléments virtuels en fonction des lumières.
  • Intégrer les éventuels effets spéciaux (particules, liquides, aberrations chromatiques, flou, fumée, feu, brouillard...).
  • Proposer le projet d’animation 3D finalisé et y apporter des modifications si nécessaires.

 

Activités éventuelles

L’infographiste 3D peut élargir son activité, notamment lorsqu’il travaille en freelance, dans les secteurs de la publicité, de l’architecture, du design, du prototypage industriel et de l’imagerie médicale ou scientifique. Ses réalisations peuvent alors être très diversifiées : bandes annonces, clips vidéos, spots publicitaires, génériques d’émissions, signatures de marque, plans en perspective, visites virtuelles, schémas médicaux, serious game, CFAO (conception et fabrication assistée par ordinateur), impression 3D, simulateur, design, etc.

 

Variabilité des activités

Les activités de l’infographiste 3D peuvent varier selon...

La taille et le type de la structure pour laquelle il travaille :

Ses missions seront notamment fortement sectorisées, et ciblées sur une ou plusieurs étapes de création/production, dans les grands studios de jeu vidéo ou de cinéma. L’intitulé de son poste pourra alors changer et s’adapter au périmètre de ses tâches : modeleur 3D, rigger, graphiste FX, animateur keyframe, animateur motion capture, lighter, etc.

 

Rémunération

Jeune diplômé : entre 25 et 35 k€

Jeune cadre : entre 35 et 45 k€

(Fourchettes de rémunération selon profil, niveau d’expérience, responsabilité hiérarchique, taille et statut de la structure, encadrement d’équipes, etc.)

 

Compétences requises

Compétences techniques

  • Connaissance des innovations en matière de jeu vidéo, cinéma, 3D
  • Connaissance en dessin traditionnel, anatomie
  • Compétences en dessin technique et maîtrise de la perspective
  • Connaissance des techniques de création graphique (illustration, story-board, bande dessinée)
  • Sens du volume et du mouvement
  • Maîtrise des outils et logiciels de création/graphisme 2D (Photoshop, Gimp)
  • Maîtrise des logiciels d’infographie 3D (3DS Max, Maya, Blender, Motion Builder, Zbrush, Modo, etc.)
  • Connaissance des outils et logiciels dédiés à la motion capture (Vicon, PhaseSpace, Xsens, Optitrack, etc.)
  • Connaissance des logiciels de montage vidéo (Première, AfterEffects, Nuke, Avid, etc.)
  • Compétences en conception et édition de niveaux (level design) ou mécanique de jeu (game design)
  • Pratique du langage de programmation (C++, Python, MEL, etc.)
  • Bon niveau d’anglais pour l’usage des logiciels, du langage de programmation et pour les potentielles expériences internationales

 

Aptitudes professionnelles

  • Intérêt pour le marché des jeux vidéo
  • Sensibilité et curiosité artistique
  • Bonne capacité d’observation
  • Créativité, capacité à se renouveler dans ses idées et dans ses productions
  • Autonomie
  • Sens du travail en équipe
  • Sens de la communication
  • Grande rigueur technique et précision dans la réalisation et l’exécution des tâches

 

Le profil

Diplômes requis

  • Formation universitaire de niveau Bac +3 (licence) en infographie-multimédia ou infographie 3D
  • Formation universitaire de niveau Bac +5 (master) en art et technologie de l’image ou design d’interface multimédia et internet
  • Diplôme de niveau Bac +5 d’une école spécialisée en art et graphisme, cinéma, jeu vidéo

 

Notons que l’accession à un emploi dans l’infographie 3D relève moins du diplôme que du book (travaux personnels présentés sous forme de vidéo ou de galerie d’images). Le savoir-faire du candidat peut aussi être mesuré, avant l’entretien professionnel, par le passage de tests préalables.

 

Durée d’expérience

Le métier d’infographiste 3D est accessible aux jeunes diplômés. Les stages, à l’étranger ou en France, sont appréciés et attendus par les recruteurs. Aussi, la production de courts-métrages d’animation/jeux vidéo pendant les études est aujourd’hui particulièrement valorisée, et permet aux jeunes diplômés de constituer leur book.

 

Qui recrute ?

  • Éditeur/studio de création de jeu vidéo
  • Société de production audiovisuelle et/ou cinématographique d’animation
  • Société de post-production et d’effets visuels.

 

L’infographiste 3D exerce majoritairement en freelance ou avec le statut d’intermittent du spectacle.

 

Rattachement hiérarchique

  • Réalisateur
  • Directeur de production
  • Game director
  • Directeur artistique
  • Directeur technique / technical director (TD)
  • Superviseur modélisation / modelising supervisor
  • Superviseur animation / lead animator
  • Superviseur effets spéciaux (FX) / VFX supervisor
  • Superviseur rendu / lead lighting

 

Environnement de travail et interlocuteurs

Internes :

  • Game designer
  • Level designer
  • Concepteur graphique (personnages, décors, accessoires, ambiances)
  • Storyboarder
  • Superviseur modélisation / modelising supervisor
  • Modeleur 3D
  • Rigger
  • Superviseur animation / lead animator
  • Animateur 3D
  • Acteur, cascadeur
  • Superviseur effets spéciaux (FX) / VFX supervisor
  • Graphiste FX
  • Superviseur rendu / lead lighting
  • Cadreur
  • Lighter
  • Designer sonore / sondier
  • Bêta testeur

 

Externes :

  • Commanditaire d’une production cinématographique d’animation/jeu vidéo/publicité : éditeur, société de production, diffuseur, service public, etc.
  • Prestataire informatique

 

Evolution professionnelle (P+1)

 

Contexte et facteurs d’évolution du métier

Représentant symbolique d’un secteur en pleine expansion, l’infographiste 3D se doit de se tenir au courant des innovations technologiques, qu’elles concernent ou non le cinéma d’animation et le jeu vidéo, car elles impliqueront de près ou de loin une évolution dans son métier.

Le développement fulgurant des techniques de capture de mouvement (motion capture) dans les années 2000 a ainsi révolutionné les milieux du jeu vidéo et du cinéma, en proposant un type d’animation différent et complémentaire de l’animation 3D traditionnelle (dite keyframe). De nouvelles fonctions et spécialisations se sont alors adaptées à cette technique innovante.

L’animation 3D s’élargit en parallèle via les médias, qui développent newsgame, serious game et autres cinématiques de présentation destinés à transmettre l’information de manière plus ludique et interactive.

Aussi, la révolution industrielle annoncée avec l’imprimante 3D pourra bouleverser les fonctions de l’infographiste, en même temps qu’elle lui présage de nouveaux débouchés dans l’industrie du design.

Ce métier nouveau, reconnu pour son excellence française, possède en effet un avenir particulièrement prometteur tant il s’adapte et s’adaptera sans doute aux mutations numériques dans la majorité des secteurs culturels et professionnels.

Mots-clés : métierinfographistemotion editormotion capturelightermodeleurriggerkeyframefxgraphiste