Conseiller en gestion de patrimoine - Apec.fr - Cadres
 
Commercial, marketing

commentaire (0) | lu 4800 fois | publié le 31/10/2015

Conseiller en gestion de patrimoine

Finalité du métier

Le conseiller en gestion de patrimoine a pour rôle d'accompagner une clientèle de particuliers dans la gestion et l'optimisation de leur patrimoine, en leur proposant des produits financiers  adaptés. Il est à l’interface entre le commercial, les aspects techniques et le conseil.

 

Autres intitulés

  • Conseiller patrimonial,
  • Conseiller financier en gestion de patrimoine,
  • Private banking

 

Pour en savoir plus sur la fonction Commercial

 

Missions principales

Bilan patrimonial et définition d’une stratégie adaptée :

  • Accompagner sa clientèle en matière de création, de gestion, de développement, de protection et de transmission du patrimoine.
  • Etablir un bilan patrimonial en proposant à chaque client une étude personnalisée de sa situation.
  • Définir une stratégie adaptée à chaque type d’investissement, en expliquant au client les avantages, les inconvénients et les risques encourus.
  • Commercialiser des produits financiers et d’assurance en veillant à maximiser les gains tout en maîtrisant les risques.
  • Diversifier les produits proposés aux clients existants afin de transformer les liquidités en produits.
  • Proposer un cadre juridique et fiscal adapté à chaque investissement.
  • Apporter des conseils sur les services et placements et ajuster le conseil lors d’un changement de situation du client.
  • Identifier les écarts significatifs entre les réalisations et les prévisions.
  • Contrôler les comptes débiteurs et prendre en compte les risques (fraude fiscale, blanchiment?).

 

Prospection et développement de nouveaux clients :

  • Rechercher de nouveaux clients patrimoniaux (particuliers ou professionnels) afin de développer son portefeuille.
  • Informer les clients des nouvelles opportunités fiscales ou des placements avantageux.

 

Veille réglementaire et technique :

  • Se maintenir informé des évolutions réglementaires, juridiques, fiscales spécifiques au secteur bancaire.
  • Connaître les grandes tendances de l’économie et répercuter son analyse sur le conseil apporté à ses clients.
  • Développer une expertise en matière de conseil patrimonial dans la connaissance approfondie des produits proposés, que ce soit dans le domaine des produits financiers, de l’assurance ou de la prévoyance.
  • Savoir faire appel à des experts patrimoniaux sur des sujets complexes et les nouveaux produits.

 

Conseil et formation interne au sein d’une banque :

  • Participer à la vie de l’agence et travailler particulièrement avec le directeur.
  • Maintenir un contact avec les chargés de clientèle pour leur apporter une expertise sur la gestion de patrimoine et leur permettre d’orienter les clients.

 

Activités éventuelles

Certains conseillers en gestion de patrimoine ont aussi pour mission de former les chargés de clientèle au sein des banques de réseau, à des problématiques patrimoniales afin qu’ils puissent répondre aisément aux questions des clients.

 

Variabilité des activités

Le conseiller en gestion de patrimoine peut suivre également la gestion bancaire quotidienne de ses clients : selon l’organisation choisie par sa banque, il sera soit l’unique interlocuteur, soit l’appui aux conseillers clientèle.

 

Au sein d’une banque, le conseiller en gestion de patrimoine possède une zone d’action (généralement départementale) dans laquelle il développe son portefeuille clientèle. Il est rattaché à un responsable de secteur. Il est souvent commissionné.

 

En tant qu’indépendant, le gestionnaire de patrimoine reçoit ses clients et collabore avec plusieurs intervenants en externe. Il est amené à travailler avec les agents généraux ou les courtiers d’assurance, avec les banques, les marchands de biens? Il peut solliciter d’autres professionnels libéraux : notaires, avocats, experts comptables.

 

Salaire

Jeune diplômé : entre 30 et 50K euros

Jeune cadre : entre 35 et 45 K euros

Cadre confirmé : entre 45 et 70 K euros (selon l’expérience, les missions confiées et le statut)

Part variable

 

Compétences requises

Compétences techniques

  • Capacité d’analyse et de synthèse pour rédiger le bilan patrimonial.
  • Maîtrise des savoirs juridiques, fiscaux et financiers (droit de la famille, fiscalité du particulier, environnement économique et financier des actifs, valeurs mobilières, assurance vie?).
  • Faire preuve de technicité tout autant que de maîtrise des risques dans les produits proposés aux clients.
  • Maîtrise de l'anglais.
  • Maîtrise des outils informatiques notamment pour les activités de reporting.
  • Connaissances en droit, comptabilité, économie et gestion.
  • Bonne connaissance des métiers de la banque.
  • Bonne connaissance des marchés financiers et expertise technique sur les produits financiers à haute valeur ajoutée (OPCVM, PEA, assurance vie, programmes immobiliers, compte sur livret?).
  • Très bon niveau de culture générale.

 

Traits de personnalité

  • Capacité d’écoute et de questionnement pour détecter les besoins du client.
  • Sens du contact et de la relation commerciale avec la clientèle.
  • Intuition et curiosité pour suivre l’actualité économique et les marchés financiers. 
  • Rigueur et précision dans la rédaction, l’explication et l’exécution des contrats.
  • Bon sens de l’organisation pour planifier son temps et son activité.

 

Profils les plus demandés

Diplômes requis

Formation de niveau Bac + 5 et plus (master 2) en gestion de patrimoine / droit / finance

 

Durée d’expérience

Ce poste est accessible à des débutants ayant réalisé un stage long dans le milieu bancaire, ou ayant une expérience préalable en tant que chargé de clientèle. Les formations en alternance sont appréciées.

 

Postes précédents (P-1)

  • Chargé de clientèle entreprises et professionnels 

 

Type d'employeurs

Qui recrute ?

  • ­Banques de réseau
  • Banques spécialisées dans la gestion de patrimoine
  • Sociétés de gestion de patrimoine
  • Cabinets spécialisés en gestion de patrimoine
  • Compagnies d'assurance
  • Conseillers en gestion de patrimoine indépendant (répertoire à jour sur l'orias.fr, ou patrimonialement.com)

 

Rattachement hiérarchique

  • ­Directeur d’agence
  • Responsable d’équipe
  • Directeur  commercial (en  cabinet)

 

Environnement de travail et interlocuteurs

Relations fonctionnelles

En interne :

  • Chargés de clientèle
  • Directeur d’agence
  • Analystes financiers
  • Juristes/Fiscalistes
  • Spécialistes de l’immobilier

En externe :

  • Clients
  • Avocats
  • Notaires
  • Fiscalistes

 

Evolution professionnelle

Evolution professionnelle (P+1)

  • Ingénieur patrimonial
  • Directeur d’agence
  • Gestionnaire de fortune
  • Responsable  d’une équipe de conseillers en gestion de patrimoine
  • Chef de produit marketing

 

Facteurs d’évolution du métier

Ce métier s’est développé ces dernières années, que ce soit au sein des banques ou dans les sociétés de gestion de patrimoine en lien avec la multiplication des produits financiers et les nombreuses règles juridiques et fiscales. Parallèlement, le métier est devenu de plus en plus technique et exige un grand professionnalisme pour conseiller une clientèle mieux informée et commercialiser des produits souvent complexes.

La maîtrise des risques a pris une dimension importante dans l’exercice de ce métier. Cette activité n’échappe pas à la vague réglementaire qui frappe le secteur bancaire : l’évasion fiscale est une problématique forte pour les pays du G20 et les Etats en mal de ressources sont enclins à suivre volontiers le mouvement. L’administration fiscale américaine n’a pas hésité avec sa réglementation FATCA à aller débusquer les fraudeurs américains à l’étranger, sans se soucier du caractère extra territorial de son texte.

Dans le contexte de la rigueur imposée par  Bâle III et la réforme probable du crédit à la consommation, le métier de conseiller en gestion de patrimoine va avoir un rôle non négligeable à jouer, eu égard aux besoins de conseil des clients et à l’apport de liquidité qu’ils peuvent générer. Dans cette optique, les banques privées ont commencé à revoir leurs offres pour proposer davantage de produits d’investissement et les conseillers vont donc devoir s’adapter à une nouvelle offre et à de nouveaux produits.

Mots-clés : métier