Le contrôle de gestion et l’audit, une fonction dont le périmètre s’étend - Apec.fr - Cadres

Vous êtes actuellement sur le site Cadres. Changer de site ?

Gestion, finance, administration

commentaire (0) | lu 2002 fois | publié le 05/03/2012

Contrôle de gestion, audit · Le contrôle de gestion et l’audit, une fonction dont le périmètre s’étend

Les contrôleurs de gestion et les auditeurs sont désormais au cœur des principales décisions de l’entreprise.

Le contrôle de gestion et l’audit sont présents dans tous les secteurs d’activité et ne se cantonnent plus aux seuls aspects financiers. Le principe de saine gestion et de transparence de l’information qui préside à cette fonction lui permet d’intervenir dans toutes les décisions de l’entreprise. La fonction se développe également dans les structures à but non lucratif qui doivent rendre des comptes sur l’utilisation de leurs ressources (ex : Associations, fondations…).

Un élargissement des prérogatives des contrôleurs de gestion.

Ces derniers étendent leur champ d’activité à trois domaines essentiels :

  • Le contrôle de gestion stratégique : le contrôleur de gestion s’intéresse dorénavant à la mesure de la performance globale de l’entreprise (stratégie d’innovation, financement de la croissance… ).
  • Le contrôle de gestion de projets : le contrôle de gestion est de plus en plus partie prenante dans les équipes projets. Particulièrement présent dans les entreprises orientées clients, le mode projet implique un suivi financier mais également humain et en terme d’investissement. Ainsi, cette fonction doit calculer le retour sur investissement des projets dont elle a la charge.
  • Le contrôle de gestion sociale : à l’intersection de la gestion sociale, de la gestion financière et du contrôle de gestion, le contrôle de gestion sociale s’attache à réconcilier les contraintes financières et les modes de prévisions RH au sein de l’entreprise. Cette fonction est principalement présente dans les grands groupes.

Une fonction qui se renforce dans les services publics.
Le développement du contrôle de gestion au sein des administrations permet le passage d’une logique de moyens à une logique de résultats. En donnant de la transparence à l’information budgétaire, en contrôlant l’efficacité de l’utilisation des crédits, le contrôle de gestion participe à la performance de la gestion publique. La loi organique relative aux lois de finances (LOLF) entrée en vigueur en 2006 renforce cette tendance et devrait offrir des opportunités aux cadres qui souhaitent intégrer le secteur public.

Une expertise sur les opérations de haut de bilan.
Les opérations de haut de bilan (par exemple l’entrée en bourse, l’actionnariat salarié, la fusion) se multiplient et se complexifient. Le contrôleur de gestion a vocation à devenir un expert pour assurer son rôle de conseil dans les activités d’ingénierie financière. Il doit alors se tenir informé de l’évolution du cadre légal qui impacte ce type de transactions.

Des compétences techniques nécessaires pour accompagner l’évolution des systèmes d’information.
Le rôle des cadres du contrôle de gestion devient de plus en plus technique en raison de l’évolution majeure des outils de pilotage. En effet, la fonction contrôle de gestion est garante de la fiabilité de l’information et, à ce titre, est partie prenante dans le choix des moyens informatiques et dans leur installation au sein de l’entreprise. La rapidité de l’évolution des technologies oblige les cadres à faire une veille technique sur les outils qui apparaissent sur le marché.

Les fonctions d’audit se repositionnent en fonction des contraintes légales.

A l’origine, les missions d’audit étaient lancées par la direction générale : audit de rentabilité, audit de fiabilité des comptes, audit sur l’externalisation d’activités, etc. Dorénavant, le rôle des auditeurs est largement défini par les contraintes légales françaises et européennes. Dans tous les secteurs d’activité, les réglementations évoluent et sont de plus en plus contraignantes. Les spécialistes de domaines tels que l’informatique, la finance internationale, les fusions-acquisitions, les lois NRE Nouvelles régulations économiques, la loi de sécurité financière, la loi SOX Sarbanes Oxley, etc. ) sont recherchés par les entreprises.

Article rédigé par May CHA


Des services pour vous accompagner

Une question - une réponse

Flash Conseil

Par téléphone, obtenez des réponses immédiates à toute question sur votre situation professionnelle.

» En savoir plus