7 ans d'expérience, et maintenant ? - Apec.fr - Cadres

Vous êtes actuellement sur le site Cadres. Changer de site ?

Témoignages

commentaire (0) | | publié le 19/09/2017

Carrière · 7 ans d'expérience, et maintenant ?

7 ans d'expérience, et maintenant ?

Vous avez la trentaine et, a priori, c'est la meilleure période pour être convoité.e par les recruteurs. Mais votre ancienneté ne suffit pas à justifier vos ambitions et faire décoller votre carrière. Alors comment vous vendre au mieux ? Témoignage à l'appui, il va falloir démontrer votre valeur ajoutée.

 

 

 

Proposer une "offre de services" qui fait mouche

 

C'est la stratégie adoptée par Florence, 34 ans, pour décrocher un poste d'auditrice interne senior. Forte d'une belle progression au sein du cabinet Ernst&Young, Florence avait un plan de carrière bien défini en tête : "Je voulais évoluer vers un poste opérationnel, avec un passage par l'audit interne, considéré comme un vivier et donnant une vision globale du groupe. J'ai bâti mon CV en conséquence, avec des exemples qui démontrent la cohérence de mon projet". Restait à convaincre en entretien ce n'est pas facile, mais j'ai mis en avant mes expériences correspondant aux besoins de l'entreprise : j'ai cité des missions d'audit, des expériences dans le secteur que je convoitais pour ce poste, celui des télécommunications et j'ai insisté sur les nouvelles lois sur la sécurité financière que je connais bien".

 

Afficher sa maturité s'avère également payant

 

A 35 ans, Renaud postule à la direction commerciale d'une société éditrice de logiciels, pour un salaire annuel de 100 000 euros. Un investissement qui représente un véritable pari pour la petite entreprise de 25 salariés, il le sait bien. C'est pourquoi il n'a qu'un mot d'ordre en tête : rassurer ! "Je suis resté concret : j'ai parlé des chiffres que j'avais obtenus dans le passé, de la façon dont je pouvais transposer mes méthodes", raconte-t-il. Le cabinet de recrutement, a eu alors confiance dans ma maturité, nous dit-il, car pour ce recruteur je gère bien mon stress et reste posé . Mais pour eux, il restait une inconnue : ma capacité à manager. J'ai donc cité des expériences où je devais orchestrer des réseaux de vente indirecte. C'est une 1re approche du management. 

 

Ajuster ses prétentions salariales

 

Lucie, 30 ans, contrôleuse financière, essuyait toujours la même réponse : "bon profil, mais trop cher". "Je ne pensais pas avoir tant de mal" ! Alors j'ai entamé une remise en question avec un cabinet de Coaching : "J'étais trop exigeante : je voulais augmenter mon salaire, avoir des perspectives d'évolution... Je faisais peur aux recruteurs". Du coup, pour décrocher mon poste actuel dans un palace parisien, j'ai fait des concessions : j'ai le même niveau de salaire qu'avant, mais je peux le négocier dans 1 an, une fois que j'aurai démontré mes compétences, avec en ligne de mire un poste d'assistante directeur financier.

 

Se positionner en apporteur d'affaires

 

Un IUP d'informatique industrielle, 5 ans d'expérience chez un distributeur, 3 ans chez un fournisseur : le CV de Laurent, 31 ans, égrenait un parcours idéal. "J'étais régulièrement contacté par des chasseurs de têtes. Il n'empêche que pour évoluer vers un poste commercial, je devais me positionner en apporteur d'affaire, en me basant sur ma connaissance du marché côté clients et côté technique. Ce que j'ai appris à faire. Une fois que j'ai su  démontrer que j'avais un solide portefeuille de contacts et surtout une capacité à répondre en temps réel aux questions des clients. J'ai pu convaincre rapidement un fabricant d'informatique, qui s'est aligné en plus sur mes prétentions salariales".

 

 

Article rédigé par J.Bordier


Des services pour vous accompagner

CEP

Conseil en évolution professionnelle

Vous êtes cadre : des services personnalisés pour toutes les étapes de votre carrière.

» En savoir plus

Votre projet - votre stratégie

Next Step

Envie d'évoluer ? Affûtez votre stratégie professionnelle avec un consultant.

» En savoir plus