Ma femme fait carrière (et alors ?) - Apec.fr - Cadres

Vous êtes actuellement sur le site Cadres. Changer de site ?

Egalité professionnelle

commentaire (0) | | publié le 15/02/2017

Vie perso/vie pro · Ma femme fait carrière (et alors ?)

Ma femme fait carrière

Dans les couples de cadres, il est de moins en moins rare que l'homme mette sa carrière en veilleuse et que sa compagne se consacre pleinement à son job ! Témoignages.

 

" Je voulais libérer mes mercredis pour les enfants "

Mathias, 33 ans, est cadre dans une banque ; sa compagne travaille dans la communication.
A la naissance de notre 1er enfant, j'ai demandé à bénéficier d'un mi-temps pendant 6 mois pour pouvoir m'en occuper. Dans l'ensemble, mes collègues ont accueilli ma démarche de façon positive, je pense que certains m'enviaient même d'oser cette démarche. Ma direction a nettement moins apprécié ! On m'a fait comprendre que je pouvais oublier l'avancement qui était prévu pour moi dans le courant de l'année. Cet argument n'a pas réussi à me faire changer d'avis. Quatre ans plus tard, après l'arrivée de notre second enfant, j'ai fait une demande de 4/5e, pour avoir mes mercredis libres. Signe des temps ? On me l'a accordée sans discuter, pour une période de 3 ans renouvelable. Et tout en étant au 4/5e, je me suis vu proposer un changement de poste accompagné d'une augmentation.

 

"Je trouvais la vie en entreprise contraignante"

Grégory, 41 ans, travaille chez lui comme graphiste ; sa compagne a débuté dans le conseil avant d'évoluer vers la finance, à un poste très prenant.
Avant, j'étais directeur artistique dans une agence de communication. J'appréciais mon métier, je gagnais plutôt bien ma vie, mais je ne peux pas dire que me lever le matin m'enchantait particulièrement... De manière générale, je trouvais la vie en entreprise contraignante. Tout l'inverse de ma femme, qui se réalise vraiment dans son travail et n'imagine pas vivre autrement. Quand est arrivé notre 3e enfant, notre vie quotidienne a commencé à devenir compliquée. J'en ai profité pour quitter mon job, sans regret. J'ai suivi une formation de retoucheur photo. Aujourd'hui, je travaille à la maison tout en gérant le quotidien de la famille. C'est une formule qui me convient et, financièrement je m'en sors bien : aujourd'hui, mes revenus ne sont pas très éloignés de ceux que j'avais en tant que salarié.
 

 

"Je voulais être davantage en accord avec mes valeurs "

David, 44 ans, coach indépendant ; sa compagne est à la tête d'une unité de recherche dans un laboratoire pharmaceutique.
Diplômé d'une école de commerce, j'ai fait toute ma 1ère partie de sa carrière dans l'agroalimentaire, à des fonctions marketing. Ensuite, je ne sais pas si c’était  l'approche de la quarantaine… toujours est-il qu'à 38 ans, j'ai réalisé d'un coup que vendre davantage de yaourts ou de barres chocolatées ne pouvait pas me tenir lieu d'horizon professionnel. Clairement, je n'en avais plus envie. J'avais une idée qui me trottait dans la tête : faire du coaching. Mais avant de me lancer, j'ai dû faire un "travail d'explication" auprès de ma femme, qui avait quelques réticences, notamment à cause du risque financier. Une fois que je l'ai convaincue, j'ai négocié mon départ et suivi une formation. Aujourd'hui, je travaille en indépendant, je fais de l'accompagnement individuel et j'interviens aussi dans des entreprises, notamment pour dénouer des situations de crise. Dans cette activité, je me sens davantage à ma place, et je ne regrette vraiment pas les opportunités du circuit dit "classique". 

 

 

 


Des services pour vous accompagner

Une question - une réponse

Flash Conseil

Par téléphone, obtenez des réponses immédiates à toute question sur votre situation professionnelle.

» En savoir plus

Votre projet - votre stratégie

Next Step

Envie d'évoluer ? Affûtez votre stratégie professionnelle avec un consultant.

» En savoir plus