les questions à se poser avant... - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Cadres. Changer de site ?

Travailler autrement

| publié le 15/02/2014

Reprise d'entreprise · les questions à se poser avant...

les questions à se poser avant...

Ai-je le bon profil ? Est-ce une bonne affaire ? Suis-je prêt à me lancer ? Check Point de tous les éléments à valider.

Avez-vous toutes les cartes en main ?
- Vous êtes prêt à déplacer des montagnes, vous avez une motivation à toute épreuve ? Tant mieux car cette motivation est indispensable... mais pas suffisante pour réussir une reconversion.
- Le profil de départ compte beaucoup. Si vous avez déjà eu des responsabilités, développé des projets d'envergure, rempli des objectifs, bref cumulé des expériences en gestion ou en développement, c'est un réel atout. Quant à ceux qui se sont frottés au management, ils ont carrément une longueur d'avance...
- L'aspect financier est déterminant. Il vous faudra un apport minimum de 100 000 € de fonds propres : en dessous de ce seuil, vous ne pourrez reprendre qu'un petit commerce.
- Sachez vous entourer, et n'imaginez pas vous lancer dans cette aventure sans les services d'un expert-comptable et d'un avocat. Ils vous seront d'une aide précieuse pour maîtriser votre business plan et valider toutes les questions juridiques.
Dans quel secteur ?
- Se lancer dans une reprise d'entreprise implique de l'ouverture d'esprit, et de l'intérêt pour des secteurs méconnus, mais cela ne vous dispense pas d'avoir une certaine idée de ce que vous voulez faire, sous peine de vous disperser dans vos recherches.
- Essayer d'identifier un secteur porteur, comme le développement durable, les services à la personne, le bâtiment, ou les SSII (tellement courues que les opportunités y sont rares !).
- Privilégiez les secteurs non "délocalisables" (construction, transports, tourisme, services...).
- Concentrez-vous de préférence, sur les affaires où vous pourrez utiliser vos propres compétences. Un ingénieur du bâtiment qui reprend une entreprise dans le même secteur se sentira d'emblée plus à l'aise !
Est-ce la bonne affaire ?
- Une fois la cible repérée, assurez-vous qu'elle est aussi séduisante qu'elle en a l'air ! Seuls les 3 derniers bilans comptables de l'entreprise, auscultés à la loupe, vous donneront des indices sur sa santé financière et son potentiel de développement. A ce stade, l'expert-comptable joue un rôle clé.
- Une affaire qui semble ne pas gagner beaucoup d'argent mais dans laquelle le dirigeant (et son épouse), se rémunèrent beaucoup peut s'avérer plus rentable que prévu... Si le dirigeant est vieillissant et laisse aller son affaire depuis quelques années, mesurez la façon dont vous pourrez la faire évoluer en vous documentant sur le secteur.
Prendre un bon départ
- Abordez le dirigeant de l'entreprise avec la même rigueur que pour un entretien d'embauche, et montrez au "cédant" que vous avez l'étoffe d'un gestionnaire. Intéressez-vous à l'entreprise, posez des questions sur le marché, et donnez votre point de vue...
- Sachez tout de même que c'est le plus souvent l'aspect humain qui fait la différence... et le cédant qui choisit le repreneur plutôt que le contraire ! Il s'apprête à transmettre le fruit de ses 30 dernières années de travail, à vous de le convaincre que vous êtes l'homme ou la femme de la situation. C'est seulement à ce moment que vous pourrez entamer les négociations financières. Une étape que vous pourrez mener à bien par l'intermédiaire de votre expert-comptable.
- Si le passage de relais a son importance, veillez quand même à ce que le cédant ne tarde pas trop à tourner la page... et vous laisse prendre les rênes de votre entreprise !

Mots-clés : entreprise