Business plan, mode d'emploi - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Cadres. Changer de site ?

Travailler autrement

commentaire (0) | | publié le 20/11/2014

Business plan, mode d'emploi

Business plan, mode d'emploi

Qui dit création d'entreprise, dit business plan... et il demande du temps... mais il répond à un schéma précis qu'il suffit de suivre ! Tous nos conseils pratiques, en 4 étapes, pour bien rédiger son business plan.

Le business plan, à quoi ça sert ?

A décrire toutes les étapes de la création d'entreprise, du projet (définition, marché potentiel) à la concrétisation, en passant par les prévisions de vente. Fastidieux ? Certes mais indispensable, car cela permettra de défendre le projet auprès de financeurs potentiels. "Le plus important reste le projet de départ", souligne Frédéric, président du Réseau des Boutiques de gestion. "Mais le business plan constituera un document de communication indispensable auprès de futurs partenaires." Bien sûr, un plan d'affaires attrayant sera plutôt synthétique, et exposera très clairement la stratégie de l'entreprise à moyen terme.

A noter : maitriser la technique du business plan vous permettra aussi de mieux "vendre" vos idées, vos projets dans l'entreprise... voire de défendre votre profil auprès d'un recruteur !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Concrètement, comment faire ? 4 étapes :

1. Une présentation accrocheuse. Le ou les CV des porteur(s) de projet ne doivent pas être tournés comme pour une recherche d'emploi, mais bien souligner vos capacités en termes de gestion, de compétences commerciales et techniques. Suivent ensuite la stratégie de l'entreprise, le ciblage du produit ou du service, sa différenciation s'il n'est pas innovant. Ces 1ères pages doivent être accrocheuses et donner envie à votre lecteur d'aller plus loin. "On s'adresse toujours à des gens débordés, capital risqueurs ou banquiers, le business plan ne doit donc pas ressembler à un pavé et permettre de comprendre très vite de quoi il retourne", souligne Jean, consultant à l'APCE.

 

2. Une partie financière solide. Elle comporte 3 points essentiels.
-> Le compte de résultat prévisionnel planifie sur 3 ans les dépenses et recettes de l'entreprise, et le bénéfice qui s'en dégage.
-> Sur 3 ans aussi, le plan de financement évalue les besoins de l'entreprise : investissements en production, commercialisation, matériel, besoins en fonds de roulement... "Le plan doit aussi présenter les ressources amenées par l'entrepreneur, fonds propres, prêt d'honneur, prêt à la création... rappelle Frédéric. Cela permet de montrer que l'on est engagé dans son projet, c'est une notion importante pour les financeurs."
-> Enfin, le plan de trésorerie prévoit les entrées et sorties de fonds pour les 1ers mois d'activité.

 

3. Quel statut ? Il est défini en fonction de la nature de l'activité, des besoins financiers, de la crédibilité face aux partenaires, du nombre de personnes présentes dans l'équipe. Il découle finalement de l'ensemble des éléments qui sont détaillés dans le business plan, et se décide donc à la fin.

 

4. Les annexes. C'est là que l'on retrouvera l'étude de marché complète. Elle peut être réalisée à travers la collecte d'informations sectorielles (Insee, Credoc), une revue de presse spécialisée, l'envoi de questionnaires à votre réseau, la visite de salons professionnels ou encore une enquête de terrain. L'étude peut être aussi sous-traitée, notamment auprès de junior entreprises pour un bon rapport qualité-prix. Les annexes peuvent aussi présenter des notes écrites d'experts ou de prescripteurs, ainsi que le conseille Jean, ou des études, du Céreq (Centre d'études et de recherches sur les qualifications) par exemple.