Entretien

Comment répondre aux questions pièges ?

Comment répondre aux questions pièges ?

Parmi les questions récurrentes en entretien, certaines sont vécues par les candidats comme des questions pièges. Pourtant elles servent avant tout à mesurer les réactions, et plus largement le savoir être des postulants.

 

Pourquoi un recruteur pose-t-il des questions déroutantes ? Certainement pas pour le plaisir de perturber les jeunes diplômés ! Il s’agit plutôt d’une technique destinée à tester les réactions d’un candidat, pour se faire une image plus claire de son profil. La meilleure façon de franchir sans encombre ce passage délicat de l’entretien ? Préparer soigneusement la rencontre, quitte à jouer ces fameuses questions « à blanc », avec une simulation. Gardez à l’esprit ces quelques conseils de bons sens: restez maître de vous et n’hésitez pas à recourir à un certain humour, en particulier face aux questions liées à la vie privée. Ensuite, soyez sincère, ce qui donnera des gages sur votre "savoir être" personnel et professionnel. Enfin, restez dans le concret pour éviter le subjectif, l’abstrait, le flou… toujours très risqués en entretien.

"Voulez-vous des enfants ?" , "Qu’est ce qui tient le plus d’importance dans votre vie ?" Malgré un cadre légal clair, il se peut qu’on cherche à en savoir plus sur votre vie privée. Tant qu’il s’agit de parler de vos hobbies ou de votre participation à des associations, pourquoi pas ? Présentez vos loisirs en soulignant les bénéfices sur votre travail - goût du challenge, travail en équipe, concentration… Expliquez aussi qu’ils concourent à votre équilibre. Sur la question des enfants, ne vous "étalez" pas, ramenez la discussion sur un terrain plus professionnel en rassurant simplement sur votre efficacité et votre capacité à vous organiser.

"Vous n’avez pas d’expérience…" A vous de rebondir en mettant en avant ce que vous a apporté votre formation, en termes de savoir-faire techniques, de méthodes de travail ou de connaissances. Valorisez ce que vous avez appris lors de votre cursus et qui vous permet d’être opérationnel rapidement. N’oubliez pas que vos stages sont des expériences, et doivent être "vendus" en tant que tels !

"Quelles sont vos prétentions salariales ?"Avant tout, parlez de rémunération brute, calculée sur une année entière. Faut-il avancer un chiffre ? Indiquez plutôt une fourchette, cela évitera de fermer la discussion en cas de désaccord. Précisez, si c’est le cas dans votre fonction, que vous êtes ouvert à une rémunération intégrant une partie variable.

"Où vous voyez vous dans 5 ans ?" Vous n’avez pas une vision très précise de votre avenir professionnel ? Une réponse possible consiste à évoquer un développement de responsabilités, en tenant compte bien sûr du contexte de votre job (manager, lancer de nouveaux produits…).

"Pourquoi-vous et pas un autre pour ce poste ?" Cette question revient très souvent en conclusion de l’entretien. Si vous avez suffisamment préparé la rencontre, elle ne posera pas de problème particulier, insistez à nouveau sur vos principaux atouts, toujours en fonction des contours du poste pressenti. N’hésitez pas à mettre en avant vos qualités humaines - enthousiasme, créativité, capacité à travailler en équipe…

10 "colles" à préparer avant l'entretien...

Ne vous faites pas piéger par ces grands classiques !

1. Qu'est-ce qui vous attire dans cet emploi ? Dans ce métier ? Dans notre société ?
2. Comment pensez-vous contribuer au développement de notre entreprise ?
3. Quelles sont les autres entreprises que vous avez contactées ? Avez-vous d'autres offres ?
4. La garde des enfants pose-t-elle problème ?
5. Comment acceptez-vous la hiérarchie ?
6. Pourquoi avoir choisi une grande / petite société ?
7. Que trouvez-vous de plus attrayant / de moins attrayant dans cet emploi ?
8. Etes-vous prêt à rester tard le soir ? A faire des heures supplémentaires ?
9. Si vous étiez libre de choisir, quel emploi souhaiteriez-vous occuper ?
10. Comment êtes-vous perçu par les autres ?

Des chats "Se préparer à l’entretien d’embauche" se tiennent régulièrement sur Jd.apec.fr. Consulter le transcript du dernier chat ainsi que l'agenda des "Rendez-vous chats".

"Par nos questions en entretien, nous cherchons à évaluer la motivation des candidats"

Guylaine Baudry, responsable des relations écoles, TF1

Quelles sont les questions "délicates" que vous posez en entretien ?
Nous n’avons pas de grille systématique de questions, car notre groupe comprend de nombreuses sociétés avec des problématiques différentes. Certains recruteurs s’intéressent à la façon dont le candidat se projette sur 2 ou 3 ans. On peut leur demander également ce qu’ils attendent en termes de management ; ce qui est ressorti de leur bilan de fin de stage, et les échecs et les réussites qui les ont le plus marqué au cours de leurs stages ; en dehors de leur CV, ce qu’ils peuvent dire de leur personnalité ; ce qu’ils pensent de TF1 ; quelles sont leurs qualités et celles qui leur manquent.

Vous intéressez-vous à la sphère privée ?
Non, la loi nous l’interdit. Cependant, pour certains postes nous examinons le CV en partant de la fin, et donc de certains aspects de la vie privée, loisirs et hobbies. Le candidat est-il cinéphile ? A-t-il créé un site Internet ? Est-il passionné de sport ? Nous essayons de voir s’il y a ou non adéquation avec notre culture d’entreprise.

Que cherchez-vous à savoir à travers certaines questions déroutantes ?
Nous sommes attentifs à la motivation première des candidats, parce que notre groupe très connu peut attirer aussi par son enseigne. Pourquoi postulent-ils ? Est-ce juste une bonne façon de démarrer leur carrière, pensent-ils rester 2 ou 3 ans avant de chercher ailleurs ?
Pour autant, je crois qu’aujourd’hui les jeunes diplômés s’attachent à savoir quel poste on leur offre et quel mode management ils vont connaître.

Y-a-t-il des questions ou des réponses éliminatoires ?

Des questions éliminatoires, clairement non. Par contre, des réponses peuvent l’être. Je n’aime pas du tout quand les jeunes diplômés me disent qu’ils veulent absolument rentrer dans le groupe, sans pouvoir expliquer s’ils veulent faire de la gestion ou du marketing.

"Les questions d'un entretien sont l'occasion de redire mes compétences"

Nicolas Clairembault, 24 ans, responsable marketing, Houra.fr

Comment préparez-vous vos entretiens ?
D'abord, je me renseigne sur la société, ses activités, son mode management, sa culture... Je travaille dans le domaine de l'Internet, et il est essentiel de se tenir au courant des dernières évolutions. J'ai passé un certain nombre d'entretiens, avec des questions récurrentes sur le salaire, les points forts et les points faibles, ou la façon dont on se voit évoluer... Quand on a bien réfléchi à l'avance, on construit mieux son discours.

Quelles sont les questions les plus déstabilisantes, et comment y avez-vous réagi ?

Celles qui touchent à la cohérence du parcours, ou à ce que je peux apporter à la société. La question "pourquoi vous et pas un autre ?" a été l'occasion pour moi de redire mes points forts, de parler de mes expériences centrées sur Internet et de mon blog... Pour ma part, j'ai souvent tendance à reposer une question, et à demander des précisions sur ce qui m'est demandé.

Quels sont les conseils à vos pairs ?

Plutôt que de mettre les candidats en difficulté, je pense que les entreprises cherchent avant tout à se faire une idée précise de leur profil. Il me semble qu'elles cherchent des compétences, certes, mais surtout des personnes passionnées. Une bonne préparation passe par une veille au jour le jour sur un domaine, quel qu'il soit, et sur les sociétés auxquelles envoyer son CV.

Houra.fr est un supermarché en ligne