Accueil  > Observatoire de l'emploi  > Les Etudes Apec  > Les études Apec par année  > Les archives des études Apec  >  

Pratique de rémunération

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

commentaire (0)    |   lu 638 fois    |   publié le 19/10/2006

Les packages salariaux, élément clé de la motivation des cadres

VIG_N4184_77x77 Au salaire fixe assorti d'une prime de fin d'année, fixe elle aussi, se substitue progressivement une rémunération composée d'une partie fixe certes mais aussi de plusieurs éléments variables et autres avantages. Pour motiver et fidéliser leurs cadres, les entreprises élaborent de véritables packages de rémunération.

Une rémunération composée... La rémunération fixe reste un élément essentiel de la rémunération. Pour autant, elle doit de plus en plus composer avec une part variable. En 2005, 7 cadres sur 10 déclarent avoir au moins une composante variable dans leur rémunération contre 59% en 1994. Les éléments variables les plus répandus sont le bonus ou prime de performance, l’intéressement et la participation. D’autres éléments variables, à long terme ceux-là, sont attribués plus sélectivement. Si la plupart des entreprises offre au moins un plan de rémunération à long terme à une catégorie de salariés, seuls 6% des cadres bénéficient de stocks option et un cadre sur cinq d’un plan d’actionnariat. Enfin, différents avantages en nature et avantages sociaux peuvent venir compléter la rémunération annuelle, tels la complémentaire santé (88% des cadres en bénéficient), les tickets restaurant (62%), le téléphone portable (54%) ou le plan de retraite (33%).

Et complexe… Si la proportion de cadres ne touchant qu’une rémunération fixe diminue, celle des cadres n’ayant qu’un élément variable en plus de leur salaire fixe aussi. Inversement, la part des cadres déclarant avoir au moins trois éléments variables dans leur rémunération augmente fortement en une décennie : un quart des cadres en 2005 contre 7% en 1994. De plus en plus ce n’est donc pas un seul outil de rémunération qui est utilisé pour compléter la rémunération fixe, mais trois, quatre, voire cinq ! Les rémunérations des cadres apparaissent comme de véritables packages très élaborés mixant fixe, variables et avantages.

Qui satisfait. Les cadres ayant une part variable sont plus satisfaits de leur rémunération que ceux qui ne touche qu’un salaire fixe (73% contre 64%). De même, ces cadres sont plus confiants dans leurs perspectives d’évolution de salaire et professionnelle. Et cela à des répercussions sur leurs objectifs professionnels. Les cadres percevant une rémunération variable se démarquent des autres en citant plus souvent comme objectif le fait « d’élargir ses missions », d’ « évoluer dans la hiérarchie » et de « changer de fonction ». Ils se projettent plus facilement au sein de leur entreprise. Il semble donc qu’en proposant une rémunération avec une part variable les entreprises parviennent à mieux motiver et fidéliser les cadres.

Source : Apec, Politiques et pratiques de rémunération des cadres en France, octobre 2006

Consulter l'intégralité de l'étude au format PDF :


Consulter l'intégralité de l'étude (format PDF)

Politiques et pratiques de rémunération des cadres en France en 2005

0 commentaire